Vers une montée des usages

Vers une montée des usages

Claudio Cimelli est délégué académique aux TICE et conseiller technique du recteur de l'académie de Créteil. Il pilote l'action du pole numérique académique qui assure notamment la formation des enseignants aux usages du numérique et accompagne en particulier le déploiement de Lilie depuis son lancement à la fin de l’année 2009.

 

Claudio Cimelli, conseiller du recteur de l'académie de CréteilAprès trois ans, quel bilan tirez-vous du déploiement de Lilie dans l’académie de Créteil ?

Les débuts ont été difficiles. La solution était attendue mais elle avait de nombreux défauts. Et comme nous avions choisi, pour démarrer, de nous appuyer sur des établissements moteurs, les problèmes qu’ils ont rencontrés ont généré de la défiance dans toute l’académie.

Quels étaient ces problèmes ?

Les transferts d’annuaires se faisaient mal, la messagerie ne permettait pas d’associer des pièces jointes, il y avait des lenteurs. Dans ces circonstances, les chefs d’établissement ont souvent préféré conserver les outils qu’ils utilisaient et fonctionnaient bien.

Ces obstacles ont-ils été surmontés ?

La bonne politique, celle qui a donné des résultats, c’est celle des petits pas. Elle consiste à introduire les services de l’ENT de façon progressive, sur plusieurs années scolaires. Les établissements qui adoptent cette démarche sont plus faciles à accompagner. Pour les autres, ceux qui tentent de basculer d’un coup, c’est beaucoup plus risqué. S’ils abandonnent, il est difficile pour nous de les faire repartir. Nous devons d’abord rétablir la confiance.

Dans les collèges de Seine-Saint-Denis, le démarrage a été difficile aussi, mais les choses sont aujourd’hui stabilisées. Il y a eu une action forte des animateurs de la DATICE et du conseil général. En Seine-et-Marne, le conseil général agit de façon prudente, progressive. Les choses se passent correctement.

Il est normal que l’on aille vers une montée des usages.

Il faut reconnaître que la solution Lilie s’améliore. Les nouveaux établissements adhèrent plus facilement.

Pouvez-vous d’ores et déjà tirer les leçons de cette première phase du projet ?

La première leçon, c’est qu’il ne faut pas s’imaginer que, puisque l’ENT offre de nombreux services, il est possible d’aller vite. En réalité, il faut du temps pour développer les usages. Le changement a besoin d’être progressif et accompagné. Par ailleurs, il faut tenir compte de ce constat : 70% des usages de l’ENT se concentrent sur le cahier de textes, les notes et les absences.

Il nous appartient à présent de développer d’autres usages, pédagogiques notamment. Mais nous rencontrons des  difficultés pour aménager l’accès aux ressources et notamment aux manuels scolaires numériques à travers l’ENT. C’est vraiment dommage. Nous avons un besoin urgent d’un cercle de confiance pour l’accès aux ressources.

Quelle est aujourd’hui la politique d’accompagnement des établissements que vous mettez en place pour développer les usages, pédagogiques notamment ?

Claudio Cimelli, conseiller du recteur de l'académie de CréteilNous devons convaincre les équipes qui n’adhèrent pas. Pour cela, nous avons fait évoluer notre stratégie. Plutôt qu’une formation aux usages généraux, nous nous concentrons sur des usages particuliers. Par exemple, nous travaillons beaucoup en ce moment sur le suivi individualisé de l’élève et sur l’accompagnement scolaire. Cela repose sur la création de groupes restreints. Nous avons une expérimentation dans 7 établissements de l’académie. Si les résultats sont positifs, nous l’élargirons à l’ensemble des établissements ECLAIR.

Nous travaillons également sur l’enseignement des langues et plus généralement sur les compétences langagières. Pour cela, nous nous reposons sur notre plate-forme Balad(o) qui permet aux élèves de déposer des fichiers sonores dans un espace collaboratif relié à l’ENT.

Quelle est la politique de l'académie en matière de ressources pédagogiques numériques ?

Nous avons développé une base de ressources, la médiathèque. Elle a été initialement adaptée pour les collégiens du Val de Marne qui sont, depuis septembre, équipés d’un ordinateur portable personnel par le conseil général. Il s’agit d’une collection d’applications et de ressources éditorialisées qui sont utilisées par des enseignants de l’académie et que nous avons repérées grâce au travail des groupes de réflexion disciplinaire (GREID). Ces ressources sont  indexées par les documentalistes TICE du CRDP, elles sont généralement libres d’accès et, pour certaines d’entre-elles, elles peuvent être téléchargées pour un usage hors ligne.

Notre objectif à présent, c’est de développer un connecteur entre Lilie et la médiathèque de façon à faciliter l’accès de l’utilisateur de Lilie, professeur ou élève, à des ressources pédagogiques dont la qualité a été contrôlée. Au-delà du simple accès, ce qui nous intéresse, c’est le partage social par un système de signalement des ressources repérées par les enseignants à toute la communauté, avec une animation et une modération qui pourraient être prises en charge par les documentalistes du CRDP.

Comment pensez-vous que Lilie puisse trouver un second souffle,  par exemple à la prochaine rentrée ? A quelles conditions ?

On sait maintenant que la semaine de la rentrée est un moment crucial. La première condition pour que les choses se passent bien, c’est de veiller à respecter le protocole d’importation des données de l’emploi du temps et des groupes dans l’annuaire. Les équipes des établissements doivent réaliser un travail préparatoire important  sur cette question pour ne pas être en difficulté le jour de la rentrée. Nous allons les aider à franchir cette étape avec succès.

Le deuxième moyen, c’est de favoriser les échanges d’usages. Nous pourrons utiliser les établissements où des usages se stabilisent comme relais auprès de ceux qui se trouvent en situation de blocage.

Mais je le redis : il ne faut pas se précipiter.

La politique des petits pas nous a réussi jusqu’à présent. Pour autant, il faut développer de nouveaux services, notamment des services inspirés des réseaux sociaux. Je crois beaucoup aux fonctions de notification et d’alerte. Ce sont des pistes à suivre pour l’avenir.

A lire ailleurs

Parmi les initiatives de l'académie de Créteil


Balad(o)

BaladoLe site Balad(o) permet aux enseignants de langues d'enregistrer et de faire enregistrer par les élèves des fichiers audio.

Sur le site Monlycée.net : le labo dans le nuage.

La médiathèque

Lien vers Edumarket

Une bibliothèque de ressources numériques pédagogiques, incluant notamment des applications pour tablettes (Androïd et I-Pad).

Rechercher un article