Trois administrateurs

Trois administrateurs

On ne dira jamais assez combien les administrateurs sont indispensables au bon fonctionnement de l’ENT. Distribuer les identifiants, paramétrer les services, former et assister les utilisateurs. Chaque jour ils sont sollicités et s’efforcent de répondre aux questions, d’aller au-devant des besoins.

 
« L’ENT, l’outil de la communauté »  

Mustapha Hachefa, proviseur- adjoint du lycée Georges Braque (Académie de Versailles)

« Je connais l’ENT sous différentes facettes : celle du proviseur adjoint, celle de l’administrateur ENT, et celle enfin de parent puisqu’un de mes enfants est scolarisé dans un lycée qui utilise Lilie.  Ici au lycée Georges Braque, nous nous en servons comme principal canal de communication, via les actualités, les blogs ou les dossiers partagés. Nous nous servons également de la messagerie, mais nous attendons avec impatience de pouvoir transférer un mail depuis une boite académique vers l’ENT. Cela simplifiera grandement la gestion des pièces jointes ! Nous utilisons les services de vie scolaire proposés par l’éditeur Pronote. Un connecteur a été installé de sorte que les rubriques sont directement accessibles depuis l’ENT.

Sur les 106 enseignants qui constituent l’équipe pédagogique, tous n’utilisent pas Lilie. Malgré ses défauts et ses limites, l’outil permet d'avoir des usages : les blogs, les espaces partagés ont été investis par les enseignants d’histoire, de sciences économiques, par les professeurs de langue aussi. On peut y déposer des photos, intégrer des vidéos, cela permet de partager des contenus avec les élèves. 

Plus important encore : Lilie est l’outil de la communauté. C’est ce que je ne manque pas de rappeler à chaque réunion de début d’année. Nous organisons des formations dans l’établissement. Elles sont très rapides, s’étendent sur une demi-journée, et chacun peut suivre celle qui correspond à son niveau. Pour cela, je fais appel au sein du rectorat, à la Direction d'Appui à la Formation des Personnels de l'Académie (DAFPA).  En cas de problème, les enseignants savent que je suis disponible. Les personnels de l’administration ont également été formés pour répondre aux questions des professeurs lorsqu’il s’agit par exemple de générer des mots de passes perdus par les élèves… une demande fréquente ! Je ne suis ainsi pas le seul à pouvoir y répondre.

L’application lilie mobile semble bien, mais nous ne nous en servons pas encore beaucoup. La rubrique « actualités » est très régulièrement alimentée : les élèves se connectent pour consulter leurs notes, et ils se rendent compte, au passage, qu’ils ont accès à des informations utiles sur la vie de l’établissement, des journées portes ouvertes etc. Cela les incite à revenir…

 

« Cibler un service qui incite les utilisateurs à se connecter »

Grégory Gautun, professeur de Maths/Sciences et administrateur Lilie au lycée professionnel Armand Carrel (Académie de Paris)  

lycée Armand Carrel Paris 19e


 « Nous utilisons l’ENT depuis plusieurs années déjà, et nous avons donc suivi Lilie au fil de ses évolutions. Les usages se sont installés dans l’établissement grâce aux services de communication : le proviseur a annoncé un objectif « zéro papier dans les casiers », et l’habitude a été prise par tous les enseignants d’utiliser la messagerie de l’ENT pour échanger. Les comptes de l’ensemble de l’équipe pédagogique sont désormais activés, c’est devenu une nécessité pour communiquer.Lorsqu’un professeur porte un projet, il se sert assez naturellement de Lilie pour le faire connaître, le mettre en valeur. Cela permet à chacun de voir ce qu’il se passe au lycée. 

Du côté des 250 élèves (12 classes de gestion des administrations et 3 classes d’accueil-relations clients), la plupart des comptes sont activés également. Le lycée utilise les outils de vie scolaires internes à l’ENT. C’est par les notes que les élèves entrent dans l’ENT et une fois qu’ils y sont, ils consultent les actualités, les blogs etc. La clé pour développer les usages, c’est de cibler un service qui attire les utilisateurs et les incite à se connecter à l’outil.

Nous sommes des utilisateurs historiques de cet ENT open source, nous avons vu le produit évoluer : la disparition du double code par exemple au moment de l’appel a été une véritable avancée, tout comme la diminution de la lenteur du chargement des pages. Il est vrai que l’amélioration de notre connexion Internet y est aussi pour quelque chose.

Il reste cependant encore des difficultés : le basculement du logiciel d’emploi du temps vers Lilie par exemple. Il génère des doublons que nous ne parvenons pas toujours à supprimer. Autre inconvénient : on ne peut pas réaliser la bascule de fin d’année tant que l’équipe pédagogique n’est pas au complet. Nous attendons aussi l’évolution des fonctions de messagerie pour pouvoir transférer un mail et sa pièce jointe vers une liste de diffusion de l’ENT.



« Insuffler l’ENT par petites touches »

Sébastien Jorajuria, professeur de SVT, administrateur ENT du lycée polyvalent Blaise Pascal de Brie-Comte-Robert (Académie de Créteil)

 

« Notre lycée compte plus de mille élèves, à la fois des filières générales, des BTS et des bacs pros, encadrés par une centaine de professeurs. L’utilisation de Lilie n’est pas institutionnalisée, chacun se sert de l’outil s’il le souhaite.

Pour faire connaître la solution, je propose des formations à mes collègues en début d’année, et je réponds à leurs questions au fil de l’eau. J’ai également créé des tutoriels vidéos pour en présenter les fonctionnalités. Je me suis aperçu que c’était plus efficace qu’un long paragraphe de description dans un pdf. Toutes les vidéos sont disponibles sur ma chaîne youtube , elles permettent de prendre en main un service en particulier : l’espace de travail, la messagerie, le portail orientation, etc.

Certains enseignants sont très intéressés par les possibilités de travail qu’offre l’ENT avec les élèves: les blogs, la messagerie, l’espace de travail, TD-Base, et même le tchat en filière professionnelle. D’autres y sont hermétiques. Il faut que je fasse le point auprès de mes collègues, pour faire un état plus précis des usages et cibler leurs besoins. Je m’apprête d’ailleurs à lancer un sondage.

La communication du lycée ne passe pas par Lilie, ou du moins, pas encore ! Pour le moment, l’administration passe par le webmail, mais j’échange beaucoup avec le secrétariat, je leur ai fait une démonstration de l’outil et nous nous sommes aperçus que l’ENT pouvait simplifier certaines tâches.  Un des inconvénients du webmail, par exemple, c’est qu’il faut constituer une à une les listes de diffusion, et recommencer à chaque début d’année. Avec l’ENT, les listes existent déjà et elles sont mises à jour automatiquement. Pour l’administration, pouvoir toucher l’ensemble des enseignants d’un seul clic est une perspective qui séduit ! Nous allons bientôt tester l’espace de stockage, pour mettre à la disposition des enseignants des documents administratifs qui sont demandés régulièrement. Et un formateur de la DANE de Créteil viendra la semaine prochaine réaliser une démonstration.

J’essaie d’insuffler l’ENT par petites touches, et de montrer que Lilie apporte des améliorations sans bouleverser les habitudes quotidiennes.

Une évolution à considérer en priorité ? Pouvoir charger des fichiers par glissé- déposé dans l’espace de travail comme on le fait dans la messagerie. Et pouvoir également transférer un mail depuis une adresse extérieure vers l’ENT. Cela simplifierait grandement les choses pour les pièces jointes !

J’ai trouvé très pratiques certaines évolutions : la création d’un onglet indépendant pour accéder au service de messagerie, l’apparition d’un bouton spécifique qui permet aux administrateurs ENT de se connecter à la console d’administration directement depuis leur compte, et bien sûr, le glissé déposé pour attacher des documents à un mail.