Retour en Île-de-France

Retour en Île-de-France

Rozenn Dagorn, aujourd’hui Inspectrice pédagogique régionale (IPR) en Economie et Gestion, est de retour en Île-de-France, après un stage de formation d’un an dans l’académie de Caen. Avant cela, elle enseignait au lycée Turgot à Paris et était une fidèle utilisatrice de Lilie. Qu’elle retrouve aujourd’hui en pleine renaissance…

Rozenn Dagorn

Passer de la position de professeur à celle d’inspecteur en un an, c’est un grand changement, non ?

Oui, c’est un vrai changement. Ce qui me frappe le plus c’est que dans la position d’IPR, on voit mieux le système fonctionner : les entrants, les procédures, les résultats. Par ailleurs, le travail est très prenant et très diversifié.

Enseignante, vous étiez déjà intéressée par le numérique et très engagée dans les usages de Lilie. Inspectrice, vous l’êtes encore ?

Utilisatrice de Lilie, pas encore, mais investie dans les usages du numérique, plus que jamais ! Ma formation d’inspectrice a coïncidé avec le lancement de la politique de refondation et de l’école numérique. C’était un contexte très favorable. Ici, dans l’académie de Créteil, je fais partie du groupe de pilotage et d’impulsion (GPI) « numérique éducatif » mis en place par notre Rectrice, Florence Robine. Je me sens l’énergie pour impulser les usages du numérique dans ma discipline. Et puis mes usages du numérique ont évolué et servent mon métier… les Réseaux Sociaux deviennent un nouveau canal pour écouter et impulser, veiller et partager.

Vous avez eu l’occasion de visiter des établissements franciliens. Qu’avez-vous constaté concernant Lilie ?

Je suis allée dans une vingtaine de collèges et de lycées depuis la rentrée. Dans les lycées, j’ai compris que la rentrée avec Lilie s’était mal passée et que les équipes s’étaient repliées sur leurs solutions de vie scolaire. Je fais cependant observer aux enseignants que, sur le plan pédagogique, c’est insuffisant. On me parle de Claroline et d’outils de ce genre mais c’est sans compter sur les moyens humains et les ressources que cela exige. En fait, Lilie est toujours disponible. Je le dis aux enseignants mais je constate souvent qu’ils ne sont pas informés : ils ne savent pas qu’ils ont un outil sous la main qu’ils peuvent utiliser librement.

Concrètement, que comptez-vous faire pour impulser les usages du numérique dans votre discipline, et de Lilie également ?

Avec Hervé Poullard qui enseigne au lycée Darius Milhaud à Kremlin-Bicêtre, lui aussi utilisateur de Lilie, nous organisons une rencontre des professeurs d’économie et de gestion de l’académie de Créteil autour de ce thème. Nous voudrions leur montrer les avantages du numérique dans notre discipline, mettre le pied à l’étrier de ceux qui hésitent, leur faire découvrir les possibilités de Lilie. Ca se passera le 12 mars 2014. Faites passer l’information !

C’est fait !

Merci Rozenn.