Rendez-vous de l'ENT-Libre, deuxième édition

Rendez-vous de l'ENT-Libre, deuxième édition

Pour la deuxième fois, les acteurs de l'ENT-Libre se sont retrouvés à la Cantine, le 24 janvier de 9h à 13h. Et comme la fois précédente, il y avait tant de monde que l'on a dû fermer les guichets. Il faut dire que le club des utilisateurs de l'ENT-Libre s'agrandit...

Vue du public à la Cantine

Pour la deuxième fois, les acteurs de l'ENT-Libre se sont retrouvés à la Cantine, le 24 janvier de 9h à 13h. Et comme la fois précédente, il y avait tant de monde que l'on a dû fermer les guichets. Il faut dire que le club des utilisateurs de l'ENT-Libre s'agrandit.

Après Lilie, la francilienne, Celia du 93 et Elie du Limousin, voici que s'avancent les quatre derniers rejetons de la famille : Arsène le maritime, Léo le picard, Elise l'essonnienne et un ENT rhônalpin qui prend son temps pour se donner un nom.

La matinée était composée en trois temps, trois sujets et trois groupes d'acteurs : d'abord les collectivités territoriales qui ont opté pour la solution ENT-Libre, ensuite, les trois intégrateurs de la solution, car de ce côté aussi, on s'agrandit et, enfin, une table ronde de spécialistes sur le sujet du jour : la gouvernance des projets Open Source.

Les collectivités

La région Île-de-France, pionnière et organisatrice de la journée avec son prestataire intégrateur Logica, accueillait les participants. Martine May-Godard, Sandrine Dangreville et Jean Bravin ont rappelé les principaux jalons de l'histoire : adoption de la solution Lilie par la région Île-de-France pour ses 470 lycées publics à la fin de l'année 2009, publication des sources de la solution sur la forge un an après, adoption de la solution Lilie par le conseil général de Seine-Saint Denis au printemps 2010 puis par la région Limousin et le département de la Creuse, avant la région Rhône-Alpes, la région Picardie et les départements de la Seine Maritime et de l'Essonne, sans oublier le département du Val d'Oise où quelques collèges expérimentent l'ENT-Libre.

Roger, Martine, Jean

Roger Masson (région Rhône-Alpes),
Martine May-Godard et Jean Bravin (Région Île-de-France)

Honneur donc aux nouveaux venus. Roger Masson pour la région Rhône-Alpes insiste sur les spécificités du projet qui-n'a-pas-encore-de-nom-mais-ça-ne-saurait-tarder : d'abord, le fait que la région n'a pas choisi la solution libre par principe mais parce que, dans le cadre du marché public de service, la réponse proposée par Logica s'est révélée avoir le meilleur rapport qualité/prix, comme on dit. Ensuite, la région a introduit dans sa demande deux services auxquels elle est très attachée : un service d'accès à des ressources pédagogiques numériques inspiré de la solution CORRELYCE développée sous licence libre par la région PACA et un service de création de ressources numériques en ligne, une boite à outils pour les enseignants, baptisée BOTICELY.

Jean-Mathieu Doléans, région Picardie Pour la région Picardie, Jean-Mathieu Doléans rappelait les épisodes du feuilleton judiciaire dont l'issue, heureuse pour la région, a donné  lieu à un arrêt du Conseil d'Etat qui fera jurisprudence car il permet aux services publics d'acquérir les droits des logiciels libres en toute légalité.

Seconde nouveauté très importante en Picardie, l'apparition d'un second intégrateur de la solution ENT-Libre, la société ATOS qui a remporté le marché d'intégration et présentera, à deux reprises au cours de la matinée, sa stratégie et ses projets en matière d'ENT.

Les représentants des départements de la Seine Maritime et de l'Essonne présentaient enfin l'état d'avancement de leurs projets : Arsène-76 déployé dans 8 collèges depuis septembre et ELISE qui démarre à peine et pour la préparation duquel l'intégrateur ATOS est aux fourneaux...

Les intégrateurs

Ils sont donc trois pour présenter successivement leur approche, leurs projets et leurs réalisations.

Philippe Benmoussa, SOPRA

Philippe Benmoussa, SOPRA

Honneur au dernier entrant, SOPRA qui se positionne depuis quelques mois comme intégrateur potentiel de la solution ENT-Libre. SOPRA, l'une des quatre premières sociétés de services informatiques françaises, experte dans le champ du logiciel libre, était représentée par Philippe Benmoussa et Sébastien Chicou. L'approche retenue par SOPRA décline les valeurs du groupe, proximité, innovation, engagement, à travers les différentes composantes du projet qui porte ce joli nom : « mon ENT ». L'accent est mis sur l'articulation de « mon ENT » avec les réseaux sociaux.

Roger Bartoli, ATOS

Roger Bartoli, ATOS


ATOS ensuite, fort de ses trois marchés d'intégration en Val d'Oise, Picardie et Essonne, souhaite contribuer au développement de l'ENT-Libre dans de multiples directions : mobilité, vote électronique, téléservices des collectivités, articulation avec le primaire et le supérieur, et bien d'autres encore. Toutes ces avancées ont été réunies par Steve Peguet dans un « meta- (ou méga ?...) projet », l'ENT-Libre 2.0, qui a été retenu par le gouvernement dans le cadre des investissements d'avenir (ex- grand emprunt).

Fabien Cauchi, LOGICA

Fabien Cauchi, Logica

Logica enfin, intégrateur historique de l'ENT-Libre, fier d'une flotte de 400 établissements déployés, clôturait la parade des intégrateurs en présentant sa « feuille de route ». Articulée sur la notion d'ENT étendu, la vision de Logica explore le domaine de l'innovation pédagogique : la classe de demain, l'articulation de l'ENT des collèges avec un ENT des écoles primaires et une ambition pédagogique affirmée autour de la diffusion des savoirs.

Les libristes

Table ronde des libristes

Charles-H. Schutz (Ars-Aperta), Christine Bertrand (CG77),
Benjamin Jean (juriste) et Philippe Allard (ADDULACT)


Libriste, c'est sous ce nom que les partisans du logiciel libre se désignent. Quatre libristes expérimentés étaient présents à la Cantine pour ce dernier moment de la réunion : trois experts du domaine (Philippe Allard, Charles-H. Schutz, Benjamin Jean) et une représentante des utilisateurs, Christine Bertrand pour le département de Seine et Marne. Le thème imposé était celui de la gouvernance, c'est-à-dire des moyens et de l'organisation dont la communauté des développeurs et des utilisateurs d'un logiciel libre, en l'occurrence d'un ENT-Libre, doit se doter pour diffuser et faire évoluer sa solution.

L'expérience et l'expertise apportées par les quatre intervenants est précieuse pour la jeune communauté de l'ENT-Libre qui se pose aujourd'hui de multiples questions. Quelles règles de gouvernance adopter ? Comment concilier les intérêts des collectivités et des industriels intégrateurs ? Comment assurer la participation des utilisateurs finaux, professeurs, élèves, parents, pour s'assurer que les évolutions de la solution répondent bien à leurs besoins ? Comment éviter la divergence (Fork, comme fourchette, dans le langage libriste) au sein de la communauté ?

Voila quelques-uns des thèmes que les représentants des collectivités territoriales engagées dans l'ENT-Libre devaient aborder l'après-midi de cette journée riche, animée et pleine de promesses pour l'avenir.

Martine May-Godard, cloture de la réunion

Rendez-vous en mai prochain a conclu Martine May-Godard,
pour une troisième rencontre des contributeurs de l'ENT-Libre,
sur les thème des ressources et des usages.



A lire ailleurs



VOIR AUSSI

Les diaporamas des présentations sur le site de la forge de l'ENT-Libre


Première rencontre de la communauté de l'ENT-Libre
le 25 mai 2011




Rechercher un article