Quand j'ai su que Lilie arrivait j'ai levé le pied

Quand j'ai su que Lilie arrivait j'ai levé le pied

Saïd Iziki est enseignant au lycée Jacques Brel de La Courneuve depuis 2 ans. Il enseigne la communication dans les 4 classes du BTS communication qui compte un niveau passerelle. A partir de Google Apps, il a mis en place un ENT pour sa section. Convaincus par l'intérêt des ENT, il perçoit l'arrivée de Lilie de manière très favorable, il en sera d'ailleurs l'administrateur.


Saïd Iziki, professeur de BTS au lycée de La Courneuve
Saïd Iziki est enseignant au lycée Jacques Brel de La Courneuve depuis 2 ans. Il enseigne la communication dans les 4 classes du BTS communication qui compte un niveau passerelle. A partir de Google Apps, il a mis en place un ENT pour sa section. Convaincus par l'intérêt des ENT, il perçoit l'arrivée de Lilie de manière très favorable, il en sera d'ailleurs l'administrateur.

Comment en êtes-vous arrivé à mettre en place un ENT pour vos classes de BTS ?


Pour plusieurs raisons, la mise en place d'un ENT est apparue comme une évidence : non seulement le service répond à des besoins concrets, par exemple pour échanger et travailler avec les élèves pendant les périodes où ils sont en stage, mais aussi en raison de l'objet d'enseignement lui-même, nos étudiants sont inscrits dans une formation de communication ! Et sans aucun doute, ils auront à travailler avec des services de type ENT lors de leurs carrières professionnelles.


Tous vos étudiants ont-ils la possibilité d'accéder facilement à un ordinateur connecté à l'extérieur du lycée ?


Nous les avons évidemment interrogés à ce sujet, tous disposent d'un ordinateur et d'une connexion, ça n'est pas un problème.


Quelles sont les fonctionnalités que vous utilisez le plus couramment ?


Nous utilisons les listes de diffusion par groupes, les agendas partagés par classe dans lesquels nous insérons des documents et l'outil de travail collaboratif. Les espaces de stockage sont peu utilisés. Pour les travaux individuels, nous avons essentiellement recours au mail.


A quelles fins utilisez-vous l'outil de travail collaboratif ?


Entretien avec Saïd IzikiPour travailler à plusieurs sur un même document. A mes yeux, il s'agit d'une pratique fondamentale mais elle est encore peu familière. Elle est difficile à mettre en place, même avec des enseignants. Le regard de l'autre gêne et peut inhiber. Mais une fois cette première barrière dépassée, on constate que l'édition collective de documents suscite l'émulation. Le fait de voir les autres avancer crée une dynamique. C'est dommage que Lilie ne propose pas encore d'outil de travail collaboratif. Les espaces de stockage partagés, c'est bien pour échanger des fichiers mais ça n'est pas adapté à l'édition collective de documents. On parle d'usages très différents.

 

Est-ce finalement à dire que vous passerez à Lilie avec un regret ?


Absolument pas ! Lilie s'inscrit dans une autre logique, sa mise en place va permettre d'étendre l'ENT au-delà de la seule section des BTS communication. Par ailleurs, elle va permettre d'alléger ma charge de travail, la gestion de l'ENT de notre section me prenait beaucoup de temps. D'ailleurs, quand j'ai su que Lilie arrivait, j'ai levé le pied sur notre ENT.