Pour chaque devoir à la maison, je crée un forum

Pour chaque devoir à la maison, je crée un forum

Jean-Baptiste Fortin est professeur de philosophie et administrateur de l'ENT au lycée Martin Luther King à Bussy-Saint-Georges. Il est un fervent usager d'Internet et développe une pratique de l'outil à des fins pédagogiques depuis plus de six ans.

Entretien avec Jean-Baptiste Fortin, professeur de philosophie au lycée Martin Luther King (Bussy Saint-Georges), administrateur de Lilie dans son lycée et formateur à la DATICE de l'académie de Créteil.

Jean-Baptiste FortinComment devient-on administrateur d'un ENT quand on est professeur de philosophie ?

 

En 2004, j'ai créé un site personnel, à mon initiative, avec mes propres moyens. Il était destiné à mettre des cours en ligne, des corrigés de devoirs, des textes. J'avais aussi installé un module de « forum » que j'ai utilisé avec mes élèves.

Deux ans plus tard, nous avons installé, à l'échelle de mon établissement, une plate-forme Moodle. Cela nous a permis de développer des pratiques collaboratives ouvertes à tous les enseignants et à tous les lycéens. Avec l'appui du proviseur de l'époque, nous avons réussi à mutualiser nos efforts en déposant du contenu sur ce Moodle, accessible à tous. Cela a duré deux ans, de 2006 à 2008. C'était très intéressant. Au final, huit enseignants étaient investis sur le projet et plus de 250 élèves participaient de façon régulière, avec leur identifiant propre. On accédait à ce Moodle depuis un lien sur le site du lycée. Mais la plate-forme Moodle ne faisait pas partie du site Web lui-même, c'était un outil séparé.

Vous êtes aujourd'hui formateur à la DATICE. Vous pouvez nous en dire plus ?

 

Je suis formateur à mi-temps. On m'a proposé de poser ma candidature en 2009 suite à une inspection pédagogique. J'ai présenté mon parcours et mes projets autour de l'outil Internet en milieu éducatif ; ma candidature a été retenue. Je suis aujourd'hui chargé de former des équipes d'enseignants qui iront ensuite former à leur tour les professeurs de leur lycée. Nous formons à l'ENT, Lilie et au Cartable en Ligne. Cette année, je n'ai plus qu'une seule classe, une Terminale Littéraire, c'est-à-dire huit heures de cours par semaine. Je fais le reste de mon service à la DATICE.

 

Le lycée Martin Luther King où vous enseignez a expérimenté la solution Eliot, prédécesseur de Lilie, avant de passer à Lilie. Comment s'est effectué ce passage ?

 

Eliot est arrivé en 2007. La dynamique engagée avec Moodle a alors faibli. Nous avons arrêté Moodle et basculé dans l'ENT Eliot. Mais le produit n'était pas abouti. Il n'était pas assez fonctionnel ni ergonomique pour le genre d'usages que nous recherchions. Les pratiques enclenchées depuis 2004 ont été freinées. L'expérience de l'ENT Eliot a duré pendant trois ans. Aujourd'hui, nous passons à Lilie.

 

Après ces épisodes, comment Lilie a-t-elle été reçue dans le lycée ?

 

Avec Lilie, la dynamique a repris. C'est un logiciel qui permet le genre d'usages que nous recherchons. Il y a de vrais modules forums, blogs, c'est visible, il est plus performant qu'Eliot.

 

Nous venons de terminer les sessions de formation des enseignants. La direction du lycée a un regard bienveillant sur notre travail d'administrateurs de l'ENT. Si l'ENT réussit, c'est aussi grâce à cela. La direction nous a donné un grand coup de pouce en acceptant que les formations se déroulent pendant les heures de cours.

Au final, 65 enseignants ont été formés, ce qui représente environ 130 heures de cours banalisées. Pour l'instant, nous avons peu de recul pour tirer des conséquences. Je crois d'abord qu'il faut que les enseignants s'approprient l'outil. Ils nous posent régulièrement des questions en salle des professeurs. Au début, on perd du temps, il faut s'y habituer. Mais certains ne sont pas prêts à faire cet investissement.

 

« Nous, on va tous les jours sur facebook, google aussi pour faire des recherches et les mails un peu moins. Moi j'ai mon ordinateur, ma télé dans ma chambre, je suis privilégiée. Je trouve que c'est pratique de faire un travail comme ça, on se prépare mieux et on réussit mieux ! Je sais que nos parents vont pouvoir voir nos notes mais nous sommes déjà grandes, on sait bien que c'est notre avenir, on est responsable de ça. Et puis, on n'est pas obligé de dire a nos parents qu'il y a les notes en ligne ! » Marion

Et avec les parents ?

 

Il faut qu'on en discute avec l'équipe ENT. Pour l'instant, les parents ne sont pas informés et n'ont pas de code d'accès. Nous avons choisi d'attendre. D'abord les enseignants, puis les élèves et, dès que cela sera fonctionnel, l'année prochaine peut-être, les parents auront leur identifiant. Nous procédons par étape.

 

Quelles sont vos pratiques personnelles de Lilie ?

 

C'est la première année que j'utilise Lilie. J'ai distribué les identifiants à mes élèves  en début d'année et nous avons tout de suite commencé à travailler dessus. Je l'utilise pour remplir le cahier de textes en ligne, c'est une obligation statutaire. Cependant, ce n'est pas le service que je trouve le plus intéressant.

 

Je mets des documents en ligne, notamment mes cours, des corrigés, des sujets, des textes, des explications de textes,... Ce point-là est relativement délicat dans la mesure où le risque existe que les élèves, sachant que je vais leur remettre un polycopié et que les cours seront au final en ligne, arrêtent de prendre des notes. Je dois donc bien leur faire comprendre que c'est complémentaire. Je veille à ce qu'ils prennent des notes.

 

J'ai également créé pour eux des forums de discussion et deux blogs.

  LMK_billet_eleve_blog_blowup

Extrait du blog "Cinéma et philosophie"

billet écrit et posté par Morgane Sarrazin

 

Vos élèves se servent-ils de tous ces outils que vous mettez à leur disposition ?

 

Les forums et le blog sont des outils que j'utilise depuis plusieurs années. Lilie est parfaitement adaptée. De plus, ces outils correspondent bien à ma matière. Après un cours, nous avons souvent besoin de continuer la discussion, le forum est un bon moyen.

« L'ENT je trouve ça plus humain, on a des échanges entre nous, avec notre prof, c'est agréable. On voit bien l'utilité. » Morgane

Cela ne suffit pas de distribuer les identifiants, il faut parler de l'ENT en classe, informer les élèves des services et des fonctions qui sont à leur disposition et fondent l'utilité de l'ENT. Après, pour l'usage, ils vont très vite, ils ont peu besoin de formation, ils sont habitués au numérique.

Aujourd'hui, trois mois après la rentrée, les choses fonctionnent bien. Par exemple, pour chaque devoir à la maison, je crée un forum. Le sujet du premier devoir était « vaut-il mieux se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion ? » Nous avons beaucoup échangé sur le forum. Les élèves posent surtout des questions de méthodes : types d'exemple autorisés dans les sous-parties, taille des transitions, peut-on mettre un film en guise d'illustration ? qu'est-ce qu'une transition ? etc.

 

Nous avons aussi créé un blog « cinéma et philosophie ». Les élèves ont très vite compris, ils n'ont pas eu besoin de formation spécifique. Tout est paramétrable dans Lilie donc on peut très simplement donner les droits qu'on souhaite aux élèves. Nous avons décidé ensemble de rendre le blog visible à tous. Je pense vraiment que les questions qui sont posées par les élèves intéressent tout le monde.

LMK_billet_eleve_blog_pulpfiction

Extrait du blog "Cinéma et philosophie"

billet écrit et posté par Camille Le Friec

Les forums et blog sont, en termes pédagogiques, bien plus intéressants que le service de messagerie par exemple. J'ai donné les droits d'écriture uniquement à mes élèves mais tout le monde y a accès. Le blog est ouvert ! La messagerie n'est utile que pour des points précis, de personne à personne.

 

Tout cela vous demande-t-il beaucoup de travail ?

 

C'est vrai que c'est du travail en plus. Tous les jours, je vais sur le forum ou sur le blog pour répondre. Je dois veiller au contenu. Cela représente environ une heure de travail par jour en plus. C'est ma façon de travailler.

 

L'ENT prend du temps, il ne permet pas d'en gagner ! Ou plutôt, on en gagne en termes de résultats dans la durée. J'ai acquis la confiance des élèves. L'autorité s'installe également. Car il y a une connivence qui se crée petit à petit grâce à l'échange. Nous échangeons via le forum ou le blog en dehors des heures de classe, en dehors du lycée, dans la sphère privée. Nous avons une autre façon de parler, c'est moins formel, un style plus décontracté, tout cela contribue à nous rapprocher des élèves. Nous ne devenons pas des amis pour autant mais chacun en retire des bénéfices. Sans doute qu'au final les élèves progressent grâce à ces échanges durant l'année. Avec l'expérience du Moodle, je me souviens, je recevais des remerciements en fin d'année. Je sais que ça leur servait pour réviser le bac.

  LMK_billet_eleve_blog_skin

Extrait du blog "Cinéma et philosophie"

billet écrit et posté par Déborah James


Que pensez-vous plus largement de l'ENT Lilie et de l'utilisation du numérique en milieu scolaire ?

 

Avec Lilie, il reste quelques problèmes de conception, notamment sur les questions de groupes et de classes. Les enseignants de langue par exemple, qui n'ont pas de classe entière, mais seulement des groupes d'élèves, ne peuvent pas actuellement communiquer avec leurs élèves. L'ENT n'a pas encore résolu ce problème. Je suis les discussions dans le forum des administrateurs. Beaucoup de mécontentements s'expriment. Tout n'est pas encore au point.

 

Certains services sont plus intéressants que d'autres. Pour moi, le partage des signets et le cahier de textes sont moins intéressants. Globalement, l'usage du numérique est pertinent dans l'enseignant secondaire. C'est d'ailleurs le présent ! Il l'est déjà à l'université, c'est monnaie courante, un passage obligé.

 

Certains professeurs du lycée sont encore réfractaires mais dans dix ans, le passage au numérique sera la norme. Aujourd'hui, avec le changement de générations, on voit arriver des enseignants qui travaillent à partir de support numérique et n'ont jamais connu d'autre façon de faire préparer leurs cours.