Nous allons relancer le déploiement

Nous allons relancer le déploiement

Entretien avec Jean-François Ruet, enseignant et administrateur de Lilie au lycée Lino Ventura d'Ozoir-la-Ferrière. Le déploiement de Lilie n'a pas été aisé. Mais après cette première année difficile, l'ENT sera relancé à la prochaine rentrée.

Jea-Francois Ruet

Jean-François Ruet est enseignant et administrateur de Lilie au lycée Lino Ventura d'Ozoir-la-Ferrière (Académie de Créteil).

Dans ce lycée, le déploiement de Lilie n'a pas toujours été facile : lenteur de l'accès dans l'établissement, un cahier de textes déstabilisant pour des enseignants habitués à une solution plus simple, une messagerie qui n'accepte pas les pièces jointes. Mais le chef d'établissement et l'administrateur sont bien décidés à relancer les opérations de déploiement en septembre prochain.

Depuis quand Lilie est en service dans votre lycée ?

Nous faisons partie de la seconde vague de déploiement, j'ai bénéficié de ma première formation en juin dernier. A la pré-rentrée, tous les enseignants ont été formés par le correspondant de chez Logica. C'était très bien. Les enseignants ont été divisés en deux groupes qui ont chacun bénéficié de deux heures de formation. L'accent était mis sur la messagerie et le cahier de textes.

Pourquoi avoir misé sur ces deux services ?

Pour commencer, nous avons choisi de miser sur les services que nous utilisions déjà. Avant Lilie, nous utilisions le cahier de textes numérique Chocolat, un groupe Google pour la messagerie et GRR pour la réservation de ressources. Pour chaque service, il fallait s'identifier, c'était contraignant. Avec Lilie, nous n'avons plus cette contrainte. A l'époque, je voyais surtout cet avantage.

Lycée Linon Ventura, Ozoir la Ferrière

Comment le déploiement de Lilie s'est-il passé ?

Pour commencer, nous avons un problème de lenteur... Je n'en connais pas l'origine avec certitude. Quoi qu'il en soit, se connecter simultanément à Lilie avec 12 élèves revient à conduire une mission impossible. De manière générale, nous avons un problème de performance avec Lilie.

Par ailleurs, il y a les services en eux-mêmes. Par exemple, ne pas pouvoir insérer de pièces jointes dans la messagerie a été dissuasif. Le cahier de textes s'est également révélé déroutant pour nombre de collègues. Les enseignants sont habitués à une approche chronologique de leur travail, l'absence de vue calendaire les a bloqués. Le cahier de textes de Lilie peut être abordé de différentes façons, je considère que c'est une richesse, mais je constate aussi que cela a pu être un frein pour certains. Le cahier de textes Chocolat encadre davantage les pratiques, il offre moins de possibilités mais en contrepartie, il est d'un abord plus simple. Par ailleurs, avec Chocolat, les enseignants avaient la possibilité de nommer librement leur discipline et leurs cahiers de texte alors que Lilie impose les noms générés automatiquement à partir de la base STS Web. Or ces noms ne sont pas toujours compréhensibles, en particulier pour les enseignements professionnels.

Au final, alors que tous les collègues utilisaient Chocolat, seulement la moitié utilisent le cahier de textes de Lilie. Peut-être que si nous n'avions pas eu Chocolat précédemment, les enseignants auraient plus facilement accroché. L'an passé, notre Proviseure visait régulièrement les cahiers de textes sur Chocolat. Pour tenir compte des difficultés des enseignants avec Lilie, elle a choisi de suspendre pour cette année le caractère obligatoire du cahier de textes numérique. 

La mise en service tardive, le 1er novembre, a également pénalisé le déploiement du service. Nous avions pourtant recommandé à nos collègues de travailler dans un premier temps sur des cahiers de textes personnels dont ils pourraient reprendre les contenus  par simples « glisser/déposer » une fois les cahiers de texte des groupes générés.  L'année prochaine, il faudra absolument que tout soit prêt le 15 septembre au plus tard.

Journées portes ouvertes 21011

Il est trop tard cette année pour participer aux journées portes ouvertes, mais l'année prochaine, il ne faudra pas les manquer !

Nous sommes bientôt à la fin de l'année, avez-vous réfléchi à la façon de relancer le déploiement à la rentrée prochaine ?

Nous venons de tirer le bilan de l'année écoulée avec le chef d'établissement. Nous allons reconduire l'utilisation des modules réservation, messagerie, cahiers de textes et espaces partagés mais le chef d'établissement préfère attendre une année pour la mise en service des modules notes et absences.

A la rentrée, pour illustrer de manière concrète les différentes pratiques possibles de tenue de cahier, j'aimerais organiser une séance de démonstration avec deux ou trois autres enseignants qui ont des pratiques éloignées des miennes. Ma structure de cahier ne va pas forcément plaire ou convenir à tout le monde. Pour cette raison, je souhaite associer des collègues qui ont des pratiques différentes. Je pense à un collègue de Français et à un autre d'EPS.