monlycée.net, c’est notre territoire !

monlycée.net, c’est notre territoire !

Lancement réussi pour monlycée.net au lycée Schuman de Charenton, l’un des 17 lycées 100% numériques d’Ile-de-France.

Schuman extérieur

Le secret de la réussite

La proviseure, Sylvie Perron avait bien anticipé le projet. Avec deux professeurs chargés du numérique et de l’administration de monlycée.net, elle a participé aux formations de juin dernier et programmé plusieurs séances de formation dès la rentrée pour les professeurs et les parents d’élèves : « je sais d’expérience que le secret de la réussite repose sur la mobilisation et la formation des personnels ». Chaque mois, une formation de deux heures est proposée. En septembre, les codes d’accès ont été distribués aux élèves et aux parents et les professeurs principaux de toutes les classes ont été formés.

En poste depuis 2015 à la direction de ce lycée polyvalent de plus de 700 élèves, Sylvie Perron n’est pas une spécialiste du numérique mais elle se décrit comme une utilisatrice très impliquée : « je me sers beaucoup du numérique et en particulier de l’ENT mais ce n’est pas mon métier de dépanner ou de conseiller les professeurs ; mon travail c’est de favoriser la réussite des élèves ». Pour ce qui la concerne, le service le plus utile est incontestablement la messagerie : « la messagerie de monlycée.net nous sert pour tout ce qui se passe à l’intérieur du lycée et la messagerie académique pour tout ce qui nous relie au rectorat et à l’extérieur ».

Sylvie Perron, proviseure

Notre territoire !

La proviseure est convaincue par ailleurs que les professeurs peuvent exploiter les services de l’ENT pour travailler entre eux et avec leurs classes. Elle est également convaincue que les applications de monlycée.net sont faciles, intuitives, et que les professeurs n’auront pas de difficulté à les prendre en main.

Au cours des deux années précédentes, l’équipe pédagogique s’est d’ailleurs familiarisée avec les outils numériques de travail coopératif, ceux que des fournisseurs proposent en accès gratuit sur le réseau : partage de fichiers, Padlet. Mais que leur apporte donc de plus monlycée.net ? Réponse sans hésitation de Sylvie Perron : « Tout est regroupé ! Les professeurs sont très sensibles au temps. Ils n’ont pas le temps d’explorer et de changer sans cesse d’outil. Avec monlycée.net, nous avons tout sous la main, avec un seul identifiant. Ces innombrables mots de passe sont un vrai cauchemar ! Monlycée.net, c’est un espace délimité, c’est notre territoire ! ».

Professeurs utilisateurs

Pour prendre la mesure du rôle à la fois protecteur et incitateur de la nouvelle plateforme numérique, rien de tel que de s’adresser à ceux qui devront en être les acteurs principaux, les moteurs : les professeurs.

Pierre Ranger et Jonathan Richard, professeurs d'histoire-géographie

Voici donc deux jeunes professeurs d’histoire et de géographie, l’un avec à peine plus d’expérience que l’autre. Premier poste et première année d’exercice pour Jonathan Richard : « j’apprends le métier alors je ne vais peut-être pas commencer par le numérique, mais je suis intéressé par ce que font mes collègues ». Et notamment par ce que fait Pierre Ranger, lui aussi professeur d’histoire et de géographie qui n’a pas hésité à s’emparer de monlycée.net dès la rentrée : « j’ai commencé en septembre avec le mur collaboratif et des classes de première et de terminale. C’était un travail de méthodologie sur l’étude de document, nécessaire en début d’année. Je les ai mis par groupes. Ils ont un peu peiné, un seul groupe s’en est bien sorti mais c’était vraiment intéressant parce qu’ils ont continué à travailler sur le mur depuis chez eux et comme ça, ils ont bien compris l’intérêt d’un outil en ligne. Et puis, nous avons aussi utilisé le forum avec deux classes de 1eL et de STMG pour organiser une collecte au profit d’une épicerie solidaire qui intervient sur le quartier. ».

Maher Achek, Fatoumata Diaby, Arnaud GautheyMaher Achek enseigne l’économie et la gestion en seconde et en première. Utilisateur modeste de la précédente version de l’ENT, il se prépare à s’engager davantage avec le nouvel outil mis à sa disposition : « j’ai vu les différents outils, en particulier l’arborescence qui m’intéresse bien. J’attends la formation pour me lancer. Pour l’instant, je me sers surtout de la messagerie. Ce matin, j’avais un moment de vie de classe, avec la classe de première dont je suis le professeur principal. J’ai envoyé un mail de compte-rendu aux professeurs de la classe. Mais je n’attends pas de retour par la messagerie, nous préférons en parler de vive voix. »

Fraîchement titularisée, Fatoumata Diaby est arrivée cette année au lycée Schuman pour y enseigner l’anglais. A seulement quelques semaines de la rentrée, elle a très vite perçu l’importance de monlycée.net dans l’établissement. « L’an dernier, j’étais professeure-stagiaire à Noisy-le-Grand : j’utilisais Lilie pour renseigner le cahier de textes mais ça s’arrêtait là. Ici, on sent que l’impulsion est donnée pour que monlycée.net soit plus que ça. ». C’est-à-dire ? « Tout passe par l’ENT. Par exemple, nos élèves des sections professionnelles préparent leur départ en stage. Toute la documentation administrative est déposée sur monlycée.net : les conventions de stages, les dates à avoir en tête ».

Alors comment fait-on pour s’adapter à ce mode de fonctionnement ? Fatoumata Diaby reconnait que ce n’est pas évident : « Pour être honnête, je me force à aller sur monlycée.net car je sens que le lycée est très porté là-dessus. En nouvelle arrivante, c’est un moyen pour moi de faire mon intégration. D’ailleurs, j’aime bien découvrir par moi-même. Je manque de temps mais j’ai vu qu’il y a avait un Pad sur l’ENT, je suis une adepte de Padlet mais des élèves me répondent souvent qu’ils n’ont pas d’adresse mail pour y accéder. Si je passe par celui de l’ENT, ils n’auront plus cet argument pour passer à travers les filets ! »

Arnaud Gauthey, professeur d’histoire-géographie au lycée depuis 2011, a tout de suite repéré les fonctionnalités pédagogiques qui pourraient l’intéresser. « En histoire, on fait des frises chronologiques ! Pour préparer mes cours, j’utilise PowerPoint, de façon un peu artisanale. C’est bien pour proposer des supports aux élèves mais pour qu’eux participent directement à la production d’une frise, ce n’est pas adapté. Je vais explorer l’outil de frise chronologique de l’ENT : là, les élèves pourront eux-mêmes créer. (…) J’ai aussi regardé du côté du blog. J’ai depuis 6 ans un blog sous Wordpress. Le blog de l’ENT a l’air bien, tous les éléments standards y sont. Maintenant, je me pose la question de migrer vers le blog de monlycée.net… J’ai juste une crainte sur la fiabilité de l’outil dans la durée. Il me faut à tout prix un outil pérenne. »

Marie-Odile Mazens est professeure de Lettres au lycée Schuman depuis son ouverture en 2009. Elle utilise peu le numérique : « J’ai des usages assez modestes. Il m’arrive de projeter des textes, des extraits de film que j’enregistre sur une clé USB et que je projette en classe. Toutes les salles sont équipées d’un vidéoprojecteur et d’un ordinateur. J’utilise la messagerie de monlycée.net pour transmettre des informations aux élèves. Récemment, je leur ai envoyé un lien vers un site qui est une sorte de parodie d’un site d’information. J’avais trouvé cette activité sur le site Eduscol du ministère pour l’éducation aux médias et à l’information (EMI). »

Duo d’administrateurs

Les principaux intéressés ont donc l’air bien déterminés à s’emparer des services offerts par monlycée.net. Pour les accompagner dans cette découverte, Caroline Victor, professeure de SVT et Yann Serbin, professeur de maths-sciences, constituent un binôme d’administrateurs dynamiques et motivés.

Caroline Victor, administratrice Leur complémentarité va de soi : « En tant qu’administratrice, je suis plutôt identifiée comme référente sur les aspects pédagogiques. Yann intervient davantage sur les questions techniques. Il est par ailleurs référent TICE et administrateur réseau du lycée. ». Yann Serbin confirme : « le rôle d’administrateur de monlycée.net a une bonne composante technique : il faut créer, distribuer et mettre à jour les comptes. L’activité est intense en début d’année et continue au fil de l’eau : nous avons des nouveaux arrivants toute l’année ! (…) Depuis la rentrée, j’ai déjà mis en place huit connecteurs SSO avec l’aide de la DANE pour permettre l’accès direct aux services extérieurs, viescolaire.net ou encore le site du lycée. »

A écouter Caroline Victor, elle serait devenue administratrice de monlycée.net « par hasard ». Pourtant, son goût pour le numérique éducatif semblait la prédestiner à ce rôle. « Je me suis portée volontaire l’an dernier pour suivre la formation monlycée.net. Simplement par curiosité, car j’utilise beaucoup le numérique pour mes cours, que ce soit dans la préparation ou directement en classe ».

Cette curiosité et cette expertise qu’elle cultive désormais, la jeune enseignante a plaisir à les partager avec ses collègues. C’est notamment le cas lors des formations mensuelles qu’elle anime avec Yann.

Au programme de ces animations, « pas de plan figé en début d’année car l’intérêt c’est vraiment d’apporter aux professeurs intéressés des façons d’améliorer leur façon d’utiliser monlycée.net. On regarde les usages et on adapte notre programme. ». Un exemple ? : « Après un mois d’utilisation, on voit que l’utilisation de la messagerie explose. C’est bien mais ce n’est pas la façon la plus efficace de communiquer. Si on reçoit trop de mail, on ne les lit plus ! Pour éviter cette perte d’information, on va voir cet après-midi comment créer des communautés de partage pour cibler et mieux organiser les échanges. Ces communautés permettent ensuite d’accéder à un forum, un espace documentaire, un blog, un Wiki. Les possibilités sont énormes et chaque service répond à un besoin particulier : échanger des informations urgentes, mettre à disposition des documents identiques d’une année sur l’autre, communiquer sur un évènement… ».

En début d’année, il est prévu que ces sessions portent sur monlycée.net car les besoins sont réels. Ensuite, Caroline et Yann consacreront les formations à l’utilisation d’applications ou d'autres logiciels. La voie vers un lycée 100% numérique est ouverte.

Schuman numérique

La région s’est engagée à offrir au lycée Schuman les moyens qui lui permettront de devenir ce lycée 100% numérique. Première condition : le haut débit. Il est là : la fibre est installée, les câblages posés, il ne reste plus qu’à activer le réseau pour que l’Internet rapide se diffuse dans tout l’établissement. Dans tout l’établissement, vraiment ? Oui, vraiment, car une trentaine de bornes WiFi ont été installées dans toutes les zones de circulation, couvrant ainsi la totalité des surfaces à l’exception du restaurant et de la cour. Enfin, 32 ordinateurs portables viennent d’être livrés et seront installés dans une salle informatique à partir de laquelle ils pourront rayonner grâce à un chariot.

Une dernière demande, celle de l’infirmière qui constate que les lycéens délaissent les documents d’information imprimés qu’elle leur propose. Les mêmes informations présentées sur l’écran d’une tablette numérique auraient, pense-t-elle, une meilleure chance de retenir l’attention des lycéennes et des lycéens. Cela vaut le coup d’essayer : la proviseure en est convaincue…

Schuman extérieur