Lilie va nous faire avancer dans notre réflexion

Lilie va nous faire avancer dans notre réflexion

Le lycée Louis de Broglie de Marly-le-Roi compte 900 élèves. Pascale Lahaye, sa proviseure, y est en poste depuis trois ans. Nous l'avons interrogée à la veille de l'inauguration officielle de Lilie qui s'est tenue dans son lycée.

 

Entretien avec Pascale Lahaye,
proviseure du lycée Louis de Broglie à Marly-le-Roi

Pascale Lahaye
 

Le lycée Louis de Broglie de Marly-le-Roi compte 900 élèves. Pascale Lahaye, sa proviseure, y est en poste depuis trois ans. Nous l'avons interrogée à la veille de l'inauguration officielle de Lilie qui s'est tenue dans son lycée.


L'ENT est un outil au service de la communication entre les membres de la communauté éducative. Quelles sont vos pratiques actuelles ?

Je suis une usagère quotidienne convaincue des TIC. Je me sers quotidiennement des outils de bureautique et des applications métiers de l'Éducation nationale. Mes usages du mail se sont banalisés avec les autres membres de l'équipe de direction et avec l'équipe administrative. Depuis un an, nous visons la réduction de  la consommation de papier dans le lycée. Par exemple, dans notre communication avec les enseignants, nous tendons donc à accroître la part des envois par mail.
En revanche, nos échanges par mail avec les familles restent rares et ponctuels. A la demande des fédérations de parents d'élèves, nous avons recueilli les mails des parents présents lors de la première réunion parents/professeurs de l'année. La grande majorité a accepté de nous donner leur adresse. Les adresses collectées ont ensuite été transmises aux représentants des parents d'élèves, aux CPE et aux professeurs principaux. Seuls les professeurs volontaires les utilisent. Nous ressentons  une demande forte du côté des familles et chez les enseignants la crainte d'être débordés par des sollicitations trop nombreuses ou intrusives. La mise en place de Lilie va nous faire avancer dans notre réflexion.

Qu'en est-il du taux d'équipement des familles de vos élèves et des possibilités pour eux d'accéder à Internet dans le lycée ?

Pour utiliser Internet dans le lycée en dehors d'un cours, les élèves peuvent se rendre au CDI où 10 postes sont à leur disposition. Mais, pour deux raisons qui se combinent, la consultation au sein du lycée ne correspond pas à un besoin marqué pour nos élèves : tout d'abord, nous faisons en sorte qu'ils aient aussi peu d'heures libres que possible dans une journée et par ailleurs, ils sont pour 98,5% d'entre eux connectés à Internet depuis leur domicile. Quant à ceux qui ne disposent pas d'une connexion Internet chez eux, ils déclarent pouvoir se connecter facilement depuis l'ordinateur d'un proche. Nos élèves sont dans une grande majorité  issus de catégories socioprofessionnelles favorisées.

Le site Internet du lycée est particulièrement dynamique, pouvez-vous nous en parler ?

Ce site est édité sous SPIP, il a été monté par la communauté scolaire il y a six ou sept ans, en tout cas bien avant ma prise de fonction ! L'an dernier, nous avons organisé un stage d'établissement. Nous sommes trois administrateurs, deux enseignants et moi-même. Des droits plus restreints ont été attribués à certains enseignants, par exemple à la professeure documentalistes qui tient à jour la rubrique consacrée au CDI.

Élèves travaillant au CDIDes productions d'élèves sont parfois mises en ligne mais aujourd'hui, aucun enseignant n'utilise le site pour mener des travaux d'écriture avec des élèves, l'éditeur ne le permet pas, il est trop compliqué. De manière générale, je pense que les élèves pourraient trouver un intérêt à la publication sur le site de l'ENT. Actuellement, pour ses actions, la maison des lycéens communique par affichage dans le lycée. Récemment, pour une action de collecte pour Haïti, je leur ai proposé de publier sur le site du lycée, ils étaient ravis. Leur enthousiasme m'a surprise. Je me suis aperçue qu'ils consultent le site.

Depuis le site, on accède aux cahiers de textes des classes. Sur 72 enseignants, 33 utilisent le cahier de textes numérique. Je ne veux pas forcer la main aux enseignants, je souhaite qu'ils puissent choisir librement entre la version papier et la version en-ligne donc je continue de commander des cahiers de textes traditionnels. Les élèves voudraient que l'ensemble des enseignants utilisent la version en-ligne. Aujourd'hui, ils en voient surtout l'utilité lorsqu'ils sont absents ou qu'un enseignant l'est. Ils sont assez défavorables à l'ouverture aux parents, les plus jeunes surtout qui disent : «je ne veux pas être surveillé». Les plus âgés doutent de l'intérêt d'une ouverture aux parents dont ils disent qu'ils leur font confiance.

Pour les enseignants qui utilisent le cahier de textes numérique actuel, la mise en place de Lilie les incitera à changer leurs habitudes. Y sont-ils prêts ?

Une présentation de Lilie s'est tenue au Médiapôle et les enseignants en sont revenus rassurés. Ils voient la solution proposée par Lilie d'un œil favorable, elle est plus élaborée et plus simple d'usage que celle qu'ils utilisent actuellement. Dans notre cas, le changement ne posera pas de problème.

Les couloirs de Louis de Broglie, à Marly-le-RoiA l'approche du lancement de votre ENT, vous devez faire des choix parmi les services offerts mais aussi vous poser toutes sortes de questions pratiques liées au déploiement. Parmi elle s, la distribution des identifiants, aux familles en particulier. Comment vous y prenez-vous aujourd'hui pour distribuer des identifiants et de mots de passe aux membres de la communauté éducative ?

Pour le cahier de textes en-ligne, nous avons tâtonné. Lors de la réunion de rentrée, nous avons invité les enseignants à se rapprocher de l'administratrice du site pour obtenir leurs codes. Un code générique par classe a été communiqué aux élèves. Nous leur avons laissé le soin de le communiquer à leurs parents.

Pour ProNote, les codes ont été communiqués aux enseignants par une note de service spécifique. Aujourd'hui, la consultation des notes  n'est pas ouverte à l'ensemble des familles. Nous menons une expérimentation dans deux classes où tous les enseignants sont volontaires. Pour communiquer les codes aux parents de ces classes, nous avons opté pour l'envoi par courrier postal. A la fin de l'année scolaire, nous évaluerons les résultats de l'expérimentation en soumettant un questionnaire aux parents, aux enseignants et aux élèves. Nous verrons alors quelles suites donner à cette expérimentation. Des enseignants sont réticents, je ne souhaite pas les brusquer.
Pour accéder au réseau pédagogique du lycée, les professeurs et les lycéens disposent d'identifiants personnels. Les codes des enseignants sont construits sur un modèle commun du type « prénom.nom » pour l'identifiant et date de naissance pour le mot de passe ce qui nous a permis de communiquer par affichage en salle des professeurs. Les codes générés pour les élèves ont été transmis par l'intermédiaire des professeurs principaux.
Casiers
Pour l'application APB (admission post-bac), les codes ont été communiqués aux enseignants par un courrier personnalisé dans les casiers.

Pour Lilie, je ne sais pas encore comment nous allons procéder, nous y réfléchissons !