Lilie, notre avenir le making off

Lilie, notre avenir le making off

Lilie notre avenir, est le premier d'une série de films sur les usages de Lilie. Il traite des questions d'accès à l'information sur l'orientation par les lycées. Cet article retrace les conditions dans lesquelles le film a été réalisé.

Clap

Lilie, notre avenir est le premier d'une série de films sur les usages de Lilie. Pour ce premier épisode, les élèves ont été mis à l'honneur ! Et parce qu'elle est au coeur de leurs préoccupations, l'orientation a été choisie comme thème central de l'histoire.

Le film se déroule au lycée Saint Exupéry de Mantes-la-Jolie où il existe une option théâtre animée par Claude Jaeger-Pernecker. Les élèves de Première L qui suivent cette option ont accepté sans hésitation de participer à l'aventure qui leur était proposée.

Le projet a été défini avec Bruno Choquel et Bruno Callet-Raval, proviseur et proviseur adjoint,  Émilie Bournique, professeure documentaliste,  et Claude Jaeger-Pernecker, professeure de théâtre. Le film a été écrit et réalisé par Samuel Albaric, avec Olga Widmer pour l'image et avec le concours de Coraline Rasset, Juliana Smith et Serge Pouts-Lajus (Education & Territoires).

Acteurs-GroupeOnze élèves et Émilie Bournique, la documentaliste, se sont finalement portés volontaires pour "jouer" leur propre rôle. Tous ont participé avec enthousiasme et persévérance à l'aventure qui les a mobilisés sept demi-journées au total, en dehors des heures de cours, tout au long du mois de novembre 2010.

Les séances de travail étaient toutes organisées sur le même modèle : deux heures de répétition suivies de deux heures de tournage. Quelques souvenirs en photo.

Repetition-Sequence3 Répétition
Seance maquillage Seance maquillage suite
Tournage-Gros plan Tournage-Gros plan
Tournage Tournage
Et bientôt, un diaporama avec l'ensemble des photos !


Sans les lycéennes et les lycéens qui s'y sont engagés, ce projet n'aurait pu voir le jour. Ces élèves acteurs qui deviendront peut-être un jour de vrais acteurs professionnels témoignent de leurs impressions sur cette première expérience en vraie grandeur mais aussi de leur "vrais" choix d'orientation et de leur compréhension de l'ENT Lilie.

Tessa

Tessa


« Avant de démarrer le tournage, j'étais très excitée par le projet. Travailler dans le cinéma m'excitait déjà à la base. Dès le départ, j'ai trouvé l'équipe très sympathique. Ça m'a plu tout de suite. Après, j'ai trouvé que les journées n'étaient pas assez longues. J'ai tellement aimé que j'aurais voulu que ça dure plus longtemps. Je n'ai jamais perdu la motivation malgré la difficulté. Pour moi, nous avons passé du temps ensemble et ça été une expérience très forte.

J'ai beaucoup appris sur le tournage. La lumière, la technique, je ne savais pas que ça prenait autant de temps pour tourner une scène. J'ai trouvé que c'était super intéressant. J'aurais aussi aimé voir l'étape de montage. J'ai un peu d'expérience dans le théâtre, je suis du coup à l'aise avec les déplacements, les jeux d'acteurs...

Sur mon orientation, au départ, je ne savais pas trop quoi faire. J'hésitais entre le métier de comédienne et d'autres métiers du cinéma. Après ce tournage, je suis fixée. Je sais que je veux être comédienne. J'aime toujours les deux côtés de la caméra. Être devant et derrière la caméra. La réalisation, par exemple, me plairait aussi. Je crois vouloir travailler dans les métiers du cinéma. J'ai conscience de la difficulté mais suite à ce tournage, je suis déterminée. J'ai apprécié à la fois le côté «exigence professionnelle» et ludique du projet.

Au sujet de l'ENT Lilie, j'ai compris un peu mieux de quoi il s'agissait. Entre lycéens, nous parlons de nos envies, de nos choix de métiers. Je trouve que l'ENT est bien mais ça reste un outil dans le cadre du lycée. Je sais qu'on pourra être contrôlés.

Je consulte mes mails régulièrement, presque tous les jours. En revanche, je ne communique pas avec mes profs. Je trouve que le mail est un rapport humain trop distant. Ce n'est pas naturel. Je ne suis pas sur Facebook. Je n'aime pas déballer ma vie devant tout le monde. Entre nous, on communique surtout par SMS, presque 300 par semaine. »


Eva

Eva


« J'ai trouvé que c'était une chance de participer à ce tournage. J'ai beaucoup aimé. L'expérience était très intéressante. Je n'imaginais pas du tout que cela se passerait ainsi. Je ne pensais pas que c'était aussi compliqué pour faire un film. Par exemple, le champ, contre-champ, ça prend du temps. J'ai appris pleins de choses. Au départ, je pensais que le théâtre et le cinéma n'étaient pas très éloignés. Puis, j'ai vu à quel point c'était difficile de jouer devant une caméra. Je suis habituée au théâtre. En fait, je n'avais jamais réfléchi à la façon de fabriquer un film.

J'ai aimé l'histoire du film. Elle nous correspond bien. C'est réaliste.

Je voudrais plus tard être, soit styliste, soit comédienne dans le théâtre. Pour mes études, je ne sais pas encore. Je me déciderai plus tard. Je vais attendre encore un peu. On m'a parlé d'une école à Lyon pour le théâtre. J'ai repéré aussi une école de stylisme à Paris. Pour chercher, j'ai tapé sur internet tout simplement. Une fois, je suis allée à un forum sur les arts appliqués et j'ai vu les métiers. En fait, j'attends un peu que le temps décide pour moi. Je sais que je vais encore changer d'avis. Je stresse un peu quand même. Je ne sais si je suis faite pour ça, je me pose la question. C'est du travail mais je crois surtout que des métiers nous sont prédestinés. Mes envies sont liées à mes goûts, à mes divertissements. Par exemple, je ne pense pas que je ferai de la recherche en bio-dynamique par exemple !

J'ai bien compris l'ENT Lilie. C'est utile quand on est malade. On aura nos cours en ligne. J'ai juste la crainte qu'on ne puisse plus se passer du numérique et que les rapports humains diminuent.  Pour nos parents, ce sera utile, ils n'auront plus à se déplacer.  

Je suis sur Facebook. J'aime bien mais pas tous les jours. Sinon, j'utilise MSN mais pas les mails. On utilise le plus souvent les textos. »


Alexandre

Alexandre


« Avant le tournage, je n'avais jamais entendu parler de Lilie dans notre lycée. On n'a pas d'identifiants. Mes parents sont professeurs de français, ils travaillent déjà à partir de supports numériques. Ma mère rentre les notes sur Pronotes, du coup, j'ai déjà entendu parler de ça.

Je ne communique pas par mail avec le lycée, les professeurs ne nous donnent pas leur mail. J'écris à des copains qui sont loin, c'est utile. Facebook, c'est bien aussi pour avoir des nouvelles de mes copains qui sont à 300 km.

Plus tard, justement, je ne sais pas encore ce que je voudrais faire. J'ai une préférence pour le théâtre, d'ailleurs j'adore aller au théâtre. J'aime jouer mais je ne sais pas ce que je voudrais faire plus tard. Je vais parfois au cinéma mais j'aime vraiment lire et voir des pièces de théâtre.

Sur ce tournage, j'ai appris beaucoup de choses. C'est vrai que le cinéma me procure moins d'émotions que le théâtre. Je suis vraiment ému quand je vois une pièce de théâtre, j'adore. Le cinéma, ça ne marche pas bien avec moi. Sur ce tournage, j'ai réalisé que pour tourner une scène sous plusieurs angles, il fallait à chaque fois réinstaller la caméra. Je pensais qu'on tournait toujours avec plusieurs caméras. »


Annabelle

Annabelle


« Le tournage m'a vraiment plu. J'ai trouvé ça très intéressant et constructif. J'ai appris des choses sur la caméra. Le travail que cela représente, les différents angles de vues, le déplacement devant et derrière la caméra. C'est un énorme travail. Jouer, c'est plus facile mais ça reste difficile d'être naturel. On se dit toujours qu'on aurait pu mieux faire... Entre nous, il n'y a pas eu de compétition, tout le monde s'entendait bien !

Le sujet était une très bonne idée, la façon dont il est introduit est judicieuse. Parler ainsi d'orientation nous encourage. Je pense vraiment qu'on va se reconnaître dans le film.

J'aimerais être actrice de cinéma. Je préfère être devant la caméra plutôt que sur scène. Je ne sais pas pourquoi, ça m'intéresse davantage. Petite, je voulais être écrivain. Après, j'ai pensé devenir scénariste. Puis, j'ai découvert d'autres métiers dans le cinéma et du coup je voudrais être actrice. J'ai tourné dans un court-métrage amateur. C'est un projet d'une institutrice, Anne-Laure, qui m'a choisie pour un premier rôle. J'ai tourné deux courts-métrage et un long. Du coup, avant ce film, je connaissais déjà le tournage. Ce n'est pas si diffèrent. Ici, on avait du matériel plus évolué, plus précis, mais entre amateur et professionnel, c'est à peu près pareil. Cette expérience dure depuis 3 ans. Grâce à ces films, je sais que je ne vais pas faire de la danse !

J'aimerais faire une école d'art dramatique. Cet été, j'ai rencontré des gens aux Etats-Unis qui m'ont parlé d'une école pour être actrice. Je n'ai pas encore regardé dans les détails.

Je n'ai pas de mail. J'utilise celui de mes parents. Je vais bientôt me créer une adresse. J'aime Facebook, écouter de la musique sur Internet mais pas trop naviguer sur les blogs. Je vais sur Internet pour me renseigner sur une école. Sinon, pour communiquer, j'écris des textos. Je trouve ça plus pratique.

J'ai compris de l'ENT que ça faciliterait les échanges entre professeurs et élèves. Demander à un prof son mail, ça ne se fait pas. Avec l'ENT, ce sera plus simple. Je suis allée voir, ce n'est pas évident au début, on va s'habituer. »