Lilie chez les sportifs

Lilie chez les sportifs

Le lycée Emmanuel Mounier de Chatenay-Malabry accueille un groupe d'élèves inscrits au centre régional d'éducation populaire et de sport (CREPS). Pour ces élèves, leurs professeurs et leurs parents, la communication numérique est une aubaine. 

Le lycée Emmanuel Mounier de Châtenay-Malabry accueille un groupe élèves inscrits au centre régional d'éducation populaire et de sport (CREPS). Pour ces élèves, leurs professeurs et leurs parents, la communication numérique est une aubaine. L'équipe de la Web-TV de l'académie de Versailles a eu la bonne idée d'enquêter sur les usages de Lilie chez ces étudiants différents.

                                   Pascal lycéen

 

Cette enquête complète utilement et agréablement celle que nous avions réalisée ici il y a quelques mois. Le lycée Emmanuel Mounier appartient à la première vague de déploiement de Lilie. L'ENT y est aujourd'hui bien implanté, grâce notamment à l'engagement de Monique Thiollet et de Cécile Dupont, respectivement proviseure du lycée et administratrice de Lilie.

Le reportage de la Web-TV met l'accent sur les usages au sein d'un groupe d'élèves, volleyeuses et volleyeurs, qui mènent de front deux activités très prenantes : la préparation du bac et l'entraînement sportif. Pour ces élèves, les journées sont chargées. Les occasions d'échanger directement avec leurs professeurs ou l'administration sont rares. La messagerie de l'ENT est devenue un moyen banal d'échanges et la consultation du cahier des textes et des notes en ligne, une absolue nécessité.

De l'utile au nécessaire

Lorsque l'ENT devient indispensable, la question des usages ne se pose plus en termes généraux et abstraits, mais se trouve spontanément résolue dans des usages concrets.

La messagerie interne est indispensable parce qu'elle permet de maintenir le contact entre des personnes qui ont peu d'occasion de se rencontrer mais qui ont beaucoup à faire ensemble. On pense bien sûr aux duos professeur-élève. Mais, dans le reportage, un parent fait observer que les contacts des familles avec des enfants sportifs engagés dans des compétitions peuvent parfois se limiter à « 5 minutes par jour au téléphone ». Dans de telles circonstances, la messagerie interne de Lilie devient un outil naturel d'échange.

Copie d'écran 3

Un autre exemple. Avec « 20 heures de sport par semaine plus les matchs », les élèves sportifs ne peuvent pas participer à tous les contrôles. Pour organiser une épreuve de rattrapage, trouver un créneau horaire et transmettre une épreuve, Lilie a permis de trouver des solutions simples.

Le responsable de la section volley-ball observe par ailleurs que les élèves sportifs passant beaucoup de temps dans les transports pour se rendre sur les lieux de compétition, il serait intéressant qu'ils puissent aussi utiliser l'ENT dans ces circonstances. Il ne s'agit plus là de s'interroger sur l'intérêt théorique d'une consultation de l'ENT sur Smart Phone, mais de résoudre un problème concret de mobilité.

 

Des sportifs à tous les autres

Au sein du lycée Emmanuel Mounier, les usages du petit groupe des élèves sportifs se diffusent de façon quasi-mécanique à tous les membres de la communauté éducative. C'est évidemment le cas pour la messagerie interne. Mais le professeur qui aura pris l'habitude de remplir sans délai le cahier de textes des classes accueillant des élèves sportifs, étendra naturellement cette pratique à toutes ses classes.  De la même façon, la solution trouvée pour permettre à un élève sportif absent de rattraper son absence à un contrôle sera tout aussi naturellement appliquée aux élèves absents pour toute autre raison.

De même, « l'ENT mobile » qui sera un jour développé pour les élèves sportifs, profitera, s'ils en ont l'usage et ils l'auront de toute évidence, à tous les élèves du lycée Emmanuel Mounier, et aux autres...


Copie d'écran 3