L'ENT sur plusieurs fronts

L'ENT sur plusieurs fronts

Le lycée Georges Braque à Argenteuil est bien équipé en matière de numérique. Il dispose des moyens nécessaires à l’épanouissement de ses 1200 élèves. Tout cela, grâce au volontarisme des enseignants et de l’équipe de direction. Et aussi, peut-être, grâce à son ENT…

Le lycée Georges Braque est un lycée polyvalent où se croisent de nombreux profils de lycéens. Ceux de la filière générale et des sections européennes portugais et anglais, ceux des filières technologiques STMG et professionnelle gestion-administration, de 3 BTS et d’une CPGE diplôme de comptabilité-gestion (DCG).

Les élèves et les étudiants peuvent compter sur un parc de plus de 400 ordinateurs, des vidéoprojecteurs dans chaque salle de classe et des tablettes numériques au CDI. Bénéficiaire de la dotation de solidarité allouée par la Région, le lycée dispose de moyens financiers qu'il juge satisfaisants. Une ombre à ce tableau : malgré de récents travaux de câblage, le débit actuel d’accès au réseau est jugé insuffisant par l’équipe de direction.

Joel Cantaut

Joel Cantaut, proviseur du lycée

 

Priorité à la réussite éducative

Depuis septembre 2015, les partenariats extérieurs se sont multipliés. Deux d'entre eux ont été mis en place avec l’ESSEC et sont dédiés à la réussite éducative : un tutorat étudiant pour les élèves de Première et  un projet "second souffle de l’égalité des chances" pour lequel les étudiants de l’ESSEC ont élaboré un MOOC de préparation aux études supérieures, utilisé par les élèves de 4 classes de Seconde et de 4 classes de Terminale du lycée.

Par ailleurs, l’établissement est partenaire du Programme de Réussite Educative de la ville d’Argenteuil, qui permet aux élèves de l'enseignement professionnel les plus en difficulté de bénéficier d’un renforcement en français. Enfin, le lycée participe au programme Capital Filles de la Fondation Deloitte : 40 filles de la filière technologique et professionnelle sont marrainées par des cadres de l’entreprise qui les conseillent dans leurs poursuites d’études et les accompagnent dans des sorties culturelles.

L’équipe de direction essaie de cette façon d’améliorer l’attractivité du lycée et de traiter le problème du décrochage scolaire, un phénomène important ici : chaque année, 60 élèves quittent le lycée sans qualification. Pour réduire ce nombre, une offre de rescolarisation est en projet pour les élèves ayant échoué au bac, leur permettant d’obtenir un bac pro en un an en alternance.

Et l'ENT dans tout ça ?

L’ENT apporte sa contribution à la mise en œuvre de la politique de l’établissement. C’est ce qu’explique Chantal Guillou, directrice déléguée des formations professionnelles et technologiques (anciennement cheffe de travaux) depuis cinq ans au lycée Georges Braque. Elle est responsable du service de réservation de salles, avec l’équipe du secrétariat administratif. Elle s’implique dans le Groupe de Prévention du Décrochage Scolaire (GPDS) qui exploite les ressources de l’ENT (voir plus loin). C’est elle également qui distribue les comptes et les identifiants des nouveaux arrivants en début d’année scolaire.

Chantal Guillou

Chantal Guillou, DDFPT

De leur côté, Céline Duval et ses collègues, depuis leur poste du secrétariat d’administration, prennent le relais de Chantal pour dépanner les parents qui peinent à se connecter ou perdent leurs identifiants : 3 222 comptes de parents cette année, ce n’est pas rien ! Heureusement, avec les années, les demandes d’aide se font plus rares.

Céline Duval

Céline publie également les actualités de l’établissement. Par exemple, les comptes-rendus des conseils de classes sont diffusés par le moyen d’actualités dont l’accès est réservé aux seuls parents concernés. De la même façon, les actualités concernant APB sont « ciblées » sur les élèves de Terminales. Ce mode de diffusion original se substitue efficacement, dès lors que les parents et les élèves se connectent régulièrement, à la messagerie dont la généralisation n’est pas encore effective (voir plus loin l’entretien avec Mustapha Hachefa, le proviseur adjoint).

Prévention du décrochage scolaire

Cécile RilhacCécile Rilhac, professeur d’EPS depuis plus de quinze ans au lycée Georges Braque pilote le GPDS depuis 2014. Le groupe rassemble, outre Chantal Guillou et Cécile Rilhac, plusieurs professeurs volontaires ainsi que le conseiller principal d’éducation : « Les tuteurs sont chargés d’accompagner des élèves qui manifestent des signes de décrochage. Pour ma part, je tutore deux élèves. Le premier effet positif du tutorat, c’est de sortir les élèves de l’anonymat. Nous les faisons exister en tant que personnes. Nous les suivons au quotidien en leur faisant découvrir les formations du lycée et nous les aidons ainsi à trouver leur voie. ».

Pour gérer ses activités, le GPDS s’appuie sur un espace partagé de l'ENTet notamment sur un tableau de suivi des élèves tutorés. Un blog a également été créé, pour l’instant réservé aux membres du GPDS. En matière de blog, Cécile fait profiter le groupe de son expérience acquise dans sa discipline : « après la formation que j’ai suivie en novembre, j’ai tout de suite créé un blog pour l’EPS. Je publie les informations de l’UNSS. Mon collègue présente le cycle de musculation qu’il anime et moi, le Step. Ici, nous permettons aux élèves de Terminale de choisir leur activité. Le blog de l’EPS sur Lilie nous aide à promouvoir les différentes offres et aux élèves de choisir. »

Portail documentaire et blogs

Comme souvent, l’ENT est ici une porte d’entrée vers l’ensemble des services numériques de l’établissement. Nuno Amaro et Muriel Apcher, documentalistes, soulignent qu’élèves et professeurs passent nécessairement par Lilie pour accéder au portail documentaire du CDI, E-sidoc mais également à toutes sortes de ressources documentaires : « Nous venons de mettre en ligne sur Lilie un lien vers le site Europresse auquel nous nous sommes abonnés récemment et qui permet de consulter des centaines de revues européennes ». Nuno rappelle cependant la difficulté de certains élèves à faire preuve d’autonomie dans leur recherche documentaire. C’est pour cette raison qu'à chaque début d’année, deux séances de formation sont organisées pour les élèves de seconde, dont une sur les bases de la recherche en ligne : « mais ce n’est pas simple, les élèves préfèrent souvent nous demander »

Nuno Amaro

Nuno Amaro, documentaliste
 

Lilie trouve doucement sa place dans les esprits et les pratiques des professeurs : « J’ai suivi les débuts de Lilie, il y a 5 ans », confie Nuno Amaro, « il y a eu pas mal de bugs, ce qui a un peu traumatisé les professeurs qui s’étaient investis, d’où cette lenteur dans la mise en place de Lilie. Mais aujourd’hui, ça démarre vraiment, la majorité des professeurs utilisent l’ENT pour les espaces collaboratifs, la réservation de salles et pour communiquer avec leurs élèves.»

Elsa Alves DiasIllustration de cette évolution avec Elsa Alves Dias qui enseigne l’histoire-géographie en langue portugaise aux élèves de la section européenne. « Depuis mon arrivée l’année dernière, j’exploite au maximum les possibilités de Lilie. Cette année, j’ai décidé d’expérimenter l’alimentation d’un blog à destination de mes premières S : chaque semaine, je mets en ligne les exposés présentés en classe par les élèves. Je complète également mon cours par des documents utiles que je publie sur le blog. Cela fonctionne bien, j’aimerais à terme étendre l’expérience à mes autres classes, même si pour l’instant j’ai encore quelques réticences ».

Un constat remarquable : la messagerie est surtout utilisée par les élèves. C’est du moins le cas des élèves d’Elsa qui n’hésite donc pas à s’appuyer sur la messagerie pour communiquer avec eux : « J’utilise le mail surtout avec mes élèves de seconde dont je suis la professeure principale. Je leur fais une formation sur la messagerie en début d’année. Cela me permet de m’assurer qu’ils seront tous capables de s’en servir ».

 

La volonté d’un proviseur adjoint

Mustapha Hachefa, proviseur adjoint en poste depuis deux ans, est le principal artisan de la relance de l’ENT au lycée Georges Braque : « Lorsque je suis arrivé, très peu d’enseignants utilisaient Lilie de façon régulière. Avec les services académiques, nous avons organisé des formations qui ont convaincu plusieurs professeurs de s’intéresser à l’ENT. Depuis, les usages ne cessent de se développer. J’ai fait en sorte que l’on doive passer par Lilie pour accéder à la vie scolaire et à Pronote. Je trouve que cela manque encore de fluidité, mais il me semble que c’est dans ce sens que nous devons aller si nous voulons disposer d’un outil de travail commun. ».         

Mustapha Hachefa  

La prochaine étape, décisive pour le proviseur adjoint sera celle de la messagerie. Les élèves ont commencé à l’utiliser, mais les professeurs et l’équipe de direction attendent que la messagerie de l’ENT puisse communiquer avec celle de l’Académie : « Nous avons préconisé à tous nos professeurs de se servir de la messagerie académique. Mais je ne peux pas leur proposer d’utiliser celle de Lilie si les deux ne communiquent pas ! Pour être précis, les usagers doivent pouvoir faire circuler directement les messages entre les deux messageries et dans les deux sens. Aujourd’hui, les messages sortent bien de la messagerie Lilie mais ils n’y entrent pas… La Région nous a promis la mise en œuvre de ce service très prochainement. Alors nous attendons... »

Renseignement pris auprès de l’équipe en charge de Lilie à la Région, de Guy Daroles en particulier, nous sommes autorisés à annoncer l’arrivée avant la fin de l’année scolaire, d’un aménagement de la messagerie de Lilie qui répondra pleinement aux attentes exprimées par Mustapha Hachefa. Après la mise en place des protocoles IMAP et SMTPS, il sera possible d’ajouter un « compte ENT » dans un client de messagerie ordinaire (Outlook ou Thunderbird sous Windows, Mail sous IOS, K-9 sous Android par exemple). Cela permettra de traiter les messages entrants et sortants de Lilie exactement comme ceux d’un compte ordinaire.

C’est une bonne nouvelle ! Elle l’est pour M. Hachefa comme pour tous les utilisateurs de Lilie du lycée Georges Braque et pour tous ceux des lycées franciliens.


lycéens du lycée George Braque