L'ENT (presque) partout

L'ENT (presque) partout

On fêtait en 2013 les dix ans des ENT et, au passage, les 4 ans de Lilie. Deux publications importantes proposent un bilan de cette première décennie, l’un provenant de l’Education nationale, l’autre de la Caisse des Dépôts.

 10 bougies

Les acteurs de l’ENT

Tout au long de l’année 2013, les responsables du programme ENT au ministère de l’Education nationale ont consulté les « acteurs des ENT » : fournisseurs de ressources, porteurs de projets (collectivités territoriales, académies, chefs d’établissements), intégrateurs de solutions ENT et acteurs institutionnels. Le cycle des consultations a donné lieu à plusieurs rencontres et à des travaux réalisés par un groupe permanent.

Quatre thèmes de travail ont été proposés aux participants (près de 150 personnes au total) :

  • Les contributions de l’ENT aux pratiques de travail et missions éducatives ;
  • Le pilotage des projets ENT ;
  • Les évolutions du marché et des technologies ;
  • La place des ENT dans l’écosystème numérique éducatif.

Le rapport propose une vue synthétique des contributions autour de ces quatre thématiques, celles recueillies dans le cadre d’ateliers de travail et celles recueillies en ligne. Une synthèse finale en une page est ensuite proposée.

En trois lignes, une tentative de résumé de cette synthèse : les acteurs confirment leur intérêt unanime pour la démarche ENT, la montée en puissance des usages et des usagers est un défi et fait naître de nouvelles attentes et des besoins d’accompagnement à tous les niveaux des projets, le tout dans un cadre de confiance renforcé.

Les chiffres des ENT

Graphique nombre de visites

Pour la CDC, les ENT ce sont d’abord des chiffres, ceux que les indicateurs Xiti déposés sur les solutions utilisés par 25 projets ENT en cours, font remonter vers une cellule nationale en charge de les recueillir et les analyser. C’est donc 10 ans de recueil de données qui sont présentées ici avec les analyses afférentes.

Ces données ne concernent que les projets « marqués » et, par ailleurs, les règles retenues entre les partenaires (la Caisse d’un côté et chaque porteur de projet de l’autre, une collectivité le plus souvent) interdisent la publication des résultats par projet et encore moins par établissement. Malheureusement, en matière d’ENT, c’est au niveau des projets et des établissements que les choses se passent…

Les analyses proposées, en masse et en moyenne, s’efforcent de surmonter cet écueil au mieux. Elles attestent que plus il y a d’établissements équipés (2943 aujourd’hui), plus il y a d’usagers (4 millions) et d’usages (13 millions de visites en un mois), que les services de notes et de cahiers de textes sont les plus utilisés, les élèves et les professeurs, les profils les plus utilisateurs mais que la part des usages par les parents augmente. Impossible de distinguer entre collèges et lycées, petits et grands établissements, ruraux et urbains, mais le rapport détaille les usages des 2221 établissements les plus actifs d’où il ressort, par exemple, que dans 70% de ces établissements « actifs », les professeurs se rendent en moyenne entre 2 fois par semaine et 5 fois par jour.