Le sixième schéma

Le sixième schéma

La Direction du Numérique pour l'Education du ministère de l’Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche vient de mettre en ligne la sixième version du schéma directeur des espaces numériques de travail accompagnée d’un appel à commentaires ouvert jusqu’au 10 juin à l’issue duquel, la version définitive du SDET 6.0 sera publiée.

Le SDET est, depuis sa première édition en 2005, le document de référence des ENT. Il accompagne leur évolution, en particulier celle de la solution actuellement diffusée dans les lycées franciliens, elle-même issue d’un logiciel en Open Source (OPEN-ENT) sur lequel s’appuient également les solutions exploitées par plusieurs autres collectivités pour leurs collèges (les départements de l’Essonne et de Paris) ou leurs lycées (les ex-régions Picardie et Poitou-Charentes).

Le contenu du SDET ne concerne pas directement les utilisateurs finaux des ENT. Il est cependant utile pour les enseignants les plus investis dans les usages du numérique, pour les administrateurs ENT et les référents numériques dans les établissements scolaires, mais aussi pour les équipes de direction, d’en connaitre l’existence et de prendre conscience de ses évolutions car elles auront à terme des répercussions sur les solutions qu’ils utilisent dans leurs établissements. Eux aussi doivent faire entendre leur voix au moment où se discutent les évolutions du schéma. Les auteurs du SDET le souhaitent bien évidemment.

Les auteurs de la version 6 se sont d’abord fixé un objectif de simplification. Le document reste épais et assez technique par endroits, mais il ne comporte plus que deux parties : un document principal qui décrit toutes les caractéristiques de l’ENT et une annexe opérationnelle qui reprend en détail certains aspects techniques ou juridiques particuliers, sur les annuaires et les nomenclatures par exemple.

Nouvelle définition

Deux questions principales sont au cœur des évolutions du SDET : la mobilité et l’interopérabilité. Mais avant cela, il est intéressant de s’attarder sur la nouvelle définition de l’ENT dans laquelle a été introduite la notion de cadre de confiance qui méritera d’être explicitée (voir plus loin).

Cette nouvelle définition rappelle que l'ENT est d'abord au service d'une communauté éducative particulière mais qu'il est ouvert aux échanges avec d'autres communautés avec lesquelles peut s'établir un cadre de confiance.

ENT mobile

Lycéens avec leurs ordiphones

Cela ne fait plus de doute. Comme c’est aujourd’hui le cas pour de nombreux services numériques, une part croissante des utilisations de l’ENT est appelée à se faire sur des supports mobiles : tablettes et smartphones (le SDET préfère dire ordiphone et il a certainement raison), ce qui implique des écrans tactiles, de taille (petits et grands) et d’orientation (verticale ou horizontale) variables. Des conditions qui n’étaient pas celles des premiers ENT et ne sont encore que très imparfaitement prises en compte par les versions actuelles des ENT, en particulier il faut bien le dire, par l’ENT francilien. Mais ce n’est que partie remise, nous y reviendrons sous peu.

Ces évolutions ont des implications lourdes pour les éditeurs d’ENT. Leur solution doit en particulier s’adapter automatiquement à la taille et à l’orientation de l’écran de consultation. Mais les fonctionnalités, la qualité ergonomique et le niveau de sécurité doivent rester les mêmes. La meilleure réponse technique à cette exigence est celle du dit « Responsive Web Design » : le même service ENT s’adapte quel que soit le terminal de lecture.


ENT, espace de confiance

Autre question clé, celle des échanges entre l’ENT et le reste du monde numérique. L’accès aux services d’un ENT doit être parfaitement contrôlé, ce qui le fait apparaître comme un espace fermé, à la différence des réseaux sociaux qu’affectionnent les élèves ainsi qu'une part croissante de leurs enseignants mais qui n'offrent pas de cadre juridique conforme aux activités éducatives. Nul ne peut contester que les finalités des uns et des autres sont distinctes et que la protection des données personnelles dans l’ENT est un impératif.

L’ENT doit cependant pouvoir communiquer avec des services qui lui sont extérieurs : à commencer par ceux de l’académie et de la collectivité de rattachement, mais aussi des services de vie scolaire ou d’accès à des ressources pédagogiques numériques. Pour ces dernières, le ministère projette de mettre en place dans les prochains mois un système sécurisé d’accès aux ressources pédagogiques, le GAR (Gestionnaire d’Accès aux Ressources). Enfin, un ENT devrait pouvoir communiquer facilement avec d’autres ENT lorsque, par exemple, les solutions retenues pour les écoles, les collèges et les lycées d’un même territoire sont différentes.

Le SDET décrit ainsi les conditions requises pour que de tels échanges puissent se dérouler dans un contexte qui est qualifié de « cadre de confiance ».

Les schémas sont extraits du document principal du SDET V6.0