Le cahier de textes en ligne, je n'y crois pas trop

Le cahier de textes en ligne, je n'y crois pas trop

Celia Dufayel enseigne l'Espagnol au lycée Jacques Brel à la Courneuve depuis un an. Elle est familière de l'usage des TIC, à titre personnel et dans sa discipline. Cela ne l'empêche pas d'exprimer ses réserves à l'égard du cahier de textes en ligne ou de la messagerie commune.

Celia Dufayel, professeur d'espagnolCelia Dufayel enseigne l'Espagnol au lycée Jacques Brel à la Courneuve depuis un an. Elle est familière de l'usage des TIC, à titre personnel et dans sa discipline. Cela ne l'empêche pas d'exprimer ses réserves à l'égard du cahier de textes en ligne ou de la messagerie commune. Ses arguments méritent d'être entendus. Discutés également. En tout état de cause, ils ont leur place sur notre site, qui vise à refléter les communautés éducatives utilisatrices de Lilie dans toutes leurs diversités.

Lilie va être déployé très prochainement dans votre lycée. Comment vous représentez-vous un ENT ?

Je le vois comme une plateforme qui réunit des outils : les notes, le cahier de textes. C'est la représentation que j'en ai aujourd'hui. En informatique, je me débrouille mais je ne suis pas une spécialiste. C'est seulement ma deuxième année d'enseignement et ma première année à Jacques Brel.

Comment voyez-vous le passage du cahier de textes traditionnel au cahier de textes en ligne ?

Ici, nous avons un cahier de textes papier. Dans ma discipline, nous travaillons en séquences. Concrètement, je prépare mes séquences sous forme de tableaux Word. Je les imprime, je les découpe et puis je les colle au fur et à mesure dans le cahier de textes.

Je ne vois pas pourquoi les élèves consulteraientdavantage le cahier de textes en ligne que le cahier de textes papier.

Le cahier de textes est déjà en ligne et pour l'instant, je ne l'ai pas adopté.

J'émets quelques réserves quant à la mise en ligne de ces données pour plusieurs raisons. Tout d'abord, il faut avoir les moyens techniques de réaliser immédiatement cette tâche sur le lieu de travail.

Par ailleurs, je ne vois pas pourquoi les élèves consulteraient davantage le cahier de textes en ligne que le cahier de textes papier. Et je suis également gênée par le fait que les parents puissent aussi facilement, chaque jour, suivre le travail fait en classe. Nos inspecteurs et nos chefs d'établissements sont les seuls à avoir un droit de regard sur notre travail.

Enfin, venir consulter le cahier de texte papier, c'est une démarche qui se fait dans l'enceinte du lycée et qui suppose donc un déplacement. Apprendre, c'est aussi faire cet effort-là. Au cas où l'élève est dans l'incapacité de venir assister aux cours, nous nous arrangeons pour transmettre le travail mais sinon, c'est à lui de venir et non le contraire.

En revanche, avoir sur l'ENT une page consacrée à l'enseignement de l'Espagnol et y mettre des documents à télécharger, c'est une possibilité qui m'intéresse davantage. Mais je suis attachée, comme les autres professeurs, au principe de liberté pédagogique. Pour ce qu'ils seront amenés à faire sur l'ENT, il faut que les profs soient volontaires.

Celia Dufayel, professeur d'espagnol

 

La messagerie est l'un des services importants de l'ENT. Qu'en pensez-vous ?

Entre collègues, on communique beaucoup par mail. J'ai des messages tous les jours. Le proviseur nous envoie chaque semaine une note d'information, le semainier. C'est rapide, très utile.

J'ai donné mon mail à certains de  mes élèves de terminale pour qu'ils puissent m'envoyer leurs commentaires. Pour l'instant, j'ai reçu deux messages... Est-ce que c'est utile de généraliser ? Je m'interroge... Je ne crains pas l'invasion de mails. Mais la communication par mail pose tout de même certains problèmes. Les élèves se permettent d'envoyer leurs travaux à des heures tardives, parfois les formats de fichiers ne sont pas adaptés à nos logiciels...

Je m'interroge également sur l'intérêt de l'échange par mail avec les parents. Est-ce qu'ils s'en serviraient ? Est-ce qu'il faut craindre l'invasion ?... C'est difficile à dire. Les parents qui veulent discuter avec les équipes pédagogiques ont déjà de nombreuses occasions de le faire (remises de bulletins par les professeurs, conseils de classe...) et peuvent, en dehors de ces occasions, demander à avoir un rendez-vous.

L'échange par mail change-t-il vos relations avec les élèves ?

Je suis attentive à garder une certaine distance avec les élèves. Quand on donne son mail, on donne aussi son prénom. Ça ne me gêne pas puisque je le fais, mais tout de même, on franchit une étape.

Les élèves ont tendance à être très familiers. D'autant que je suis jeune et qu'ils peuvent penser que je pourrais être proche d'eux. Je reste très vigilante. Par exemple, j'ai un compte sur Facebook mais je l'ai cadenassé... L'an passé, un élève a demandé à être ami avec moi : c'est évidemment hors de question !