L'année du changement

L'année du changement

Après une année d'expérimentation, l'équipe de direction du lycée De Villaroy de Guyancourt a décidé de mener cette année une politique de relance de Lilie. Un reportage sous forme de témoignages croisés de l'équipe de direction, d'enseignants et de lycéens.

Lycée De Villaroy de Guyancourt


Au lycée de Villaroy de Guyancourt, c'est l'année du changement : lancement d'un BTS en alternance en techniques physiques pour l'industrie et les laboratoires (TPIL), ouverture de deux nouvelles classes de première autour de deux spécialités du nouveau Bac STI Développement Durable (« Energie et Environnement » et « Innovation Technologique et Eco-conception »), généralisation de l'évaluation par compétences en langues dès la seconde et en première, expérimentation du même dispositif d'évaluation en sciences physiques pour certaines classes de seconde et, pour finir, relance de Lilie !

Lilie a été mise en place l'an passé mais la priorité était à la conduite de la réflexion sur la réforme du lycée : « Pour Lilie, nous avons laissé faire » nous explique Sébastien Boixel, proviseur adjoint et administrateur de Lilie. Une présentation à une quinzaine de professeurs volontaires et des démonstrations en salle des professeurs ont tout de même été organisées et des usages se sont développés. Ceux du cahier de textes notamment, nous y reviendrons, mais pas seulement...

CDI du lycée De Villaroy de Guyancourt

Administrateurs de Lilie, le proviseur adjoint et la documentaliste, ont publié régulièrement des actualités et édité les plannings des épreuves communes et des conseils de classe. La publication d'actualités a été particulièrement utile pour communiquer au jour le jour sur la situation du lycée lors des blocus qui ont affecté le fonctionnement de l'établissement. Par ailleurs, les différents numéros du journal du lycée sont archivés sur Lilie.

Pour l'accompagnement personnalisé, certains enseignants choisi dès l'an passé de travailler sur Lilie pour se concerter avec leurs collègues.

Cette année est donc celle de la « relance » de Lilie. L'ENT a fait l'objet d'une présentation aux enseignants au cours de la réunion de pré-rentrée. Elle a été assurée par Nicolas Girardie, responsable du Médiapôle implanté dans le lycée. Cette proximité avec le relais local de la mission TICE est évidemment précieuse pour les personnes ressources TICE de l'établissement. Lors de la présentation, l'accent a été mis sur le cahier de textes qui coexiste cette année encore avec celui proposé par VieScolaire.net.

L'équipe de direction souhaite faire de Lilie le portail de la communauté éducative et incite l'équipe enseignante comme les parents à passer aussi souvent que possible par l'ENT, par exemple pour accéder aux modules de notes et absences de VieScolaire.net.

Environ 85% des enseignants utilisent régulièrement le cahier de textes numériques et une large majorité a adopté celui de Lilie. Les pratiques sont cependant très variables d'un enseignant à l'autre. Certains reproduisent tels quels leurs usages du cahier de textes papier et se limitent donc à saisir de manière brève les points de cours traités et le travail à faire tandis que d'autres profitent du passage au numérique pour adjoindre de nouveaux usages en proposant notamment des ressources complémentaires (liens, documents, espaces de discussion, etc.)

Cette année encore, le lycée a décidé de prolonger son abonnement à VieScolaire.net afin de prendre le temps de tester les modules de notes et d'absences de Lilie. Pour cela, le proviseur adjoint a choisi de réaliser un test « grandeur nature » avec deux classes : une dont l'organisation des enseignements est relativement simple (par exemple, une division de première L) et une autre dont l'organisation est à l'inverse particulièrement complexe (par exemple, une division scientifique avec plusieurs options, spécialités et groupes de compétences en langues.)

Pour contribuer à la relance de Lilie, le proviseur adjoint envisage d'organiser un stage d'établissement.


On ne flâne pas sur Lilie !

Eleves du lycée De Villaroy de Guyancourt
Réunis au CDI, trois élèves de terminale acceptent d'interrompre leur travail pour nous parler de leurs usages de Lilie.

Aucun d'eux ne consulte le site public du lycée et tous s'accordent pour dire que la consultation de Lilie est motivée par un but précis ; « on ne flâne pas sur Lilie ! ».


Pour Isaline, Trystan et Julie, Lilie rime avant tout avec consultation des notes mais pas seulement.  Deux enseignants les amènent à consulter Lilie, leur professeure d'histoire-géographie qui met à leur disposition des exemples de cartes légendées et des cartes vierges sur lesquelles ils peuvent s'exercer à insérer des légendes et leur professeure de philosophie qui met les corrections de devoirs en téléchargement sur son blog. Le délégué de la classe tient lui aussi un blog sur lesquels il met les cours d'histoire-géographie, de philosophie et des conseils pour les devoirs de mathématiques.


Aucun d'eux n'a utilisé la messagerie de Lilie, que ce soit pour échanger avec d'autres élèves ou avec des enseignants. Seuls quelques professeurs leur ont communiqué une adresse mail, les deux enseignantes précédemment citées notamment. C'est finalement avec les professeurs des disciplines « mineures » que les échanges par mail s'avèrent les plus utiles : « on les voit moins ». 


Avoir des professeurs comme amis sur Facebook ? Oui, ça arrive mais seulement avec d'anciens professeurs. Une règle implicite semble faire consensus : on n'est pas amis avec ses enseignants de l'année. « C'est une barrière que nous nous mettons tous. Être amis sur Facebook avec nos enseignants modifierait trop le regard que nous portons sur eux, ils n'auraient plus la même autorité et ça changerait aussi leur manière d'enseigner. On se l'interdit d'un point de vue moral. ».



Paroles de professeurs


Solène Guernon, professeur de philosophieSolène Guernon, professeur de philosophie est une habituée du cahier de textes numérique.

« En fait, je n'ai jamais  tenu de cahier de textes papier.  Avant Lilie, j'utilisais celui de VieScolaire.net. Je ne remplis pas l'ensemble des rubriques car cela prend trop de temps. Je mets un fichier joint par semaine. 

Pour transmettre des documents à mes élèves, j'utilise un blog. Tout est ainsi rassemblé au même endroit. Dans le cahier de textes, au fil de l'année, les documents finissent par se noyer dans la masse. Par ailleurs, avec le blog, les élèves ont la possibilité de réagir par le biais des commentaires.

Avant, j'avais un blog en dehors de Lilie. L'ENT m'a offert un environnement sécurisé et m'a affranchie des contraintes de gestion technique : hébergement, mots de passe, etc. Je transmets principalement des corrections de devoirs et des exemples de copies d'élèves. Nos modèles d'enseignants sont décourageants tandis que les copies de leurs camarades permettent aux élèves de réaliser qu'il ne faut finalement pas grand-chose de plus pour obtenir de meilleurs résultats. 

Je n'utilise pas la messagerie de Lilie. Je donne aux élèves une adresse mail que j'ai créée spécialement pour échanger avec eux. Dans mon client de messagerie, j'ai créé un filtre qui archive les messages reçus dans un dossier nommé « Elèves », j'ai l'habitude de fonctionner comme ça. »

Patricia Peronnet, professeur de mathématiques

Patricia Peronnet est professeur de mathématiques. Elle utilise Lilie depuis l'année passée pour les notes, le cahier de textes, les réservations de salles et même pour accéder au site du lycée. 

« Je m'y suis obligée en me disant que je n'avais pas le choix, qu'il faudrait de toute façon s'y mettre ».

L'appropriation du cahier de textes a été difficile, en raison du débit limité au sein du lycée mais aussi en raison de l'ergonomie générale du module jugée peu intuitive. Pour cette raison, elle a simplifié autant que possible ses usages : « Au début, ça a été violent. J'ai simplifié un maximum. Je note ce que j'ai fait pendant le cours, les devoirs à faire et j'attache parfois des documents, par exemple les corrections de devoirs ».

En tant que professeur principal, elle échange avec ses élèves et ses collègues par mail. « Il faudrait que je me mette à la messagerie de Lilie mais pour que je change mes habitudes, il me faut un plus. C'est sûr que si en début d'année, on me met à disposition une messagerie avec des groupes déjà créés, je m'y mettrai plus volontiers... »


L'an dernier, la formation à Lilie est arrivée trop tôt, « il aurait d'abord fallu que nous ayons le temps de nous approprier l'outil. Tant qu'on ne s'est pas essayé aux usages, c'est abstrait, on se perd. D'ailleurs, cette année, lorsqu'on a abordé Lilie lors de la réunion de pré-rentrée, ça m'a beaucoup plus parlé. » 

A lire ailleurs


COMMUNIQUER LES CODES
AUX PARENTS -  La méthode de Dominique Renard, responsable du secrétariat des élèves.


Réunion de parents


Pour que Lilie puisse fonctionner, il est indispensable de communiquer à chaque utilisateur son identifiant et le code d'activation correspondant à son compte or l'exercice n'est pas aussi simple qu'il y peut y paraître.

Dominique Renard, responsable du secrétariat des élèves, nous fait partager sa méthode pour préparer le publipostage destiné aux parents d'élèves.

1. Récupérer le fichier (format CSV) des identifiants et les mots de passe auprès de l'administrateur.

2. Extraire les parents dont le compte n'a pas été activé l'an passé et ceux dont le compte a été activé mais qui ont un nouvel enfant qui fait son entrée au lycée (dans ce cas, il leur faut en effet saisir un code d'activation leur permettant d'accéder aux informations concernant cet enfant).

3. Pour chaque enfant, le fichier recense le cas échéant deux responsables légaux et une personne contact or les codes d'activation ne doivent être adressés à la personne mentionnée comme « contact ». Il faut donc supprimer ces coordonnées du fichier qui servira au publipostage et c'est là qu'un véritable « travail de fourmi » commence car les contacts ne sont pas recensés dans une colonne unique qui pourrait être supprimée. D'une ligne à l'autre, le contact peut être indiqué dans une colonne différente, il faut donc s'astreindre à un traitement manuel. A cette épate, la fonction « Rechercher » s'avère précieuse pour gagner du temps.

4. Comme le lycée utilise VieScolaire.net, l'étape suivante consiste à compléter le fichier du publipostage avec les codes d'accès au service de consultation des notes et des absences (un code par parent quel que soit le nombre d'enfants scolarisés dans le lycée).

5. Les courriers sont ensuite remis en mains propres aux parents à l'occasion des réunions parents/professeurs organisées en début d'année pour chaque division.

Rechercher un article