Je pars du principe que tout le monde est responsable

Je pars du principe que tout le monde est responsable

La phase préparatoire du déploiement de Lilie au lycée Jacques Brel de La Courneuve est aujourd'hui achevée. Jean-Luc Héraud, son proviseur depuis deux ans est ce que l'on peut appeler un proviseur « branché ».

Jean-Luc Héraud, proviseur

La phase préparatoire du déploiement de Lilie au lycée Jacques Brel de La Courneuve est aujourd'hui achevée. Jean-Luc Héraud, son proviseur depuis deux ans est, ce que l'on peut appeler un proviseur « branché ».

Deux choses ont particulièrement retenu notre attention lors de l'entretien qu'il nous a accordé. D'abord l'idée du « semainier », un bulletin d'information périodique que le proviseur adresse par mail chaque lundi à tous les personnels. Ensuite, l'application du principe de confiance, concrètement de contrôle a posteriori, pour les publications en ligne, aujourd'hui sur le site de l'établissement, demain sur Lilie.

Etes-vous un usager de l'informatique dans votre travail quotidien de chef d'établissement?

La circulation de l'information dans un établissement est une chose compliquée

J'utilise le mail au quotidien avec les enseignants, c'est plus simple et comme ils savent que je consulte régulièrement ma boîte, eux aussi s'en servent pour me faire passer des informations.

La circulation de l'information dans un établissement est une chose compliquée à laquelle nous ne sommes par vraiment préparés. Pour communiquer avec les personnels de l'établissement sur les évènements de la semaine, mes rendez-vous et déplacements, j'ai mis en place un semainier que j'envoie par mail tous les dimanches aux enseignants, à l'équipe administrative et aux CPE. La gardienne notamment récupère des informations du semainier pour les publier sur le panneau d'affichage électronique. Comme pour tout le reste, je contrôle a posteriori ce qui est affiché.

Jean-Luc Héraud, proviseur

Procédez-vous de la même manière pour le site Internet du lycée ?

Pour le site aussi, je contrôle a posteriori. Je pars du principe que tout le monde est responsable et de bonne volonté. Par ailleurs, si je devais contrôler a priori, il y aurait un tel goulot d'étranglement à mon niveau que ça deviendrait dissuasif.

Savez-vous si les enseignants utilisent le mail pour échanger avec leurs élèves ?

Ça varie fortement d'un enseignant à l'autre. Je ne dispose pas d'une vue complète sur ces pratiques mais je me dis qu'avec l'ENT, les échanges par mail entre enseignants et élèves tendront à se développer. En effet, comme Lilie propose une messagerie interne, les échanges se feront dans un espace protégé ce qui ne peut que rassurer les enseignants.

 

Et les échanges avec les familles ?

Je considère que les élèves ont une responsabilité à prendre dans la communication des notes à leurs parents

Cette année, la consultation à distance des absences a été ouverte aux parents. Les identifiants et mots de passe  ont été distribués lors des réunions de remise du bulletin du premier trimestre. C'est une tradition chez nous de remettre les bulletins en main propre. En effet, pour de nombreuses familles, une médiation est utile pour interpréter les appréciations des enseignants. Les résultats bruts ne sont pas toujours parlants. C'est notamment pour cette raison que je ne suis pas favorable à la consultation des notes par Internet.

Pouvez-vous nous expliquer votre point de vue à ce sujet ?

Je considère que les élèves ont une responsabilité à prendre dans la communication des notes à leurs parents. Et puis, certains soirs, les parents ne sont pas en état d'apprendre une mauvaise note, il faut laisser une marge de manœuvre aux élèves. Si un enseignant veut s'assurer qu'une note a bien été communiquée aux parents, il peut demander une signature. Par ailleurs, exiger des enseignants qu'ils mettent les notes en-ligne en temps réel me paraît être une exigence excessive. Il faut leur laisser une marge de liberté, par exemple enlever une note ou modifier un coefficient. Une note doit être accompagnée d'un commentaire, d'une copie. En elle-même, elle n'est pas suffisamment significative. Dans certains lycées où les parents ont la possibilité de consulter les notes depuis Internet, on s'aperçoit parfois que ce sont davantage les élèves que les parents qui s'en servent !

Lycée Jacques Brel à La Courneuve



De manière générale, les élèves peuvent-ils facilement accéder à un ordinateur connecté en dehors des cours ?

Nous savons que de nombreuses familles disposent de l'ADSL pour le téléphone. Par ailleurs, avec une opération comme celle menée par le Conseil général de Seine Saint-Denis qui équipe tous les élèves de 6e d'ordinateurs portables, on sait que l'accès aux TIC se développe. Il y a un ou deux élèves par classe qui déclarent ne pas être équipés. Mais nous n'avons pas mené d'enquête complète à ce sujet.

Et au lycée ?

Il y a des PC au CDI, les usages sont encadrés et la priorité est évidemment donnée aux élèves qui doivent effectuer un travail scolaire. Avec l'arrivée de l'ENT, il nous paraît important de développer l'accès en autonomie, nous avons donc prévu d'équiper la salle de permanence.