Delphine et ses twits

Delphine et ses twits

Delphine Regnard est professeure de Lettres classiques au lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie. Elle expérimente l'ENT francilien dans son lycée. Mais ce n'est pas à ce titre que nous avons choisi de l'interroger. Delphine est aussi membre du club des profs qui twittent et inscrivent cette pratique dans leur vie personnelle et dans leur vie professionnelle.

Delphine Regnard, professeure de lettres classiquesDelphine Regnard est professeure de Lettres classiques au lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie, membre de la deuxième vague de déploiement de Lilie. Elle expérimente donc l'ENT francilien dans son lycée.

Mais ce n'est pas à ce titre que nous avons choisi de l'interroger. Delphine est aussi membre du club des profs qui twittent et inscrivent cette pratique à la fois dans leur vie personnelle et dans leur vie professionnelle.

La première question est donc celle-ci : les usages de Twitter et de Lilie sont-ils compatibles ? Amis ou adversaires ?

Vous utilisez beaucoup Twitter, pour vous-même et avec vos élèves. Vous éditez plusieurs blogs. Vous êtes aussi formatrice académique. Et puis vous enseignez dans un lycée où Lilie est déployée. Les partisans des réseaux sociaux reprochent souvent aux ENT d'être des réseaux fermés. Partagez-vous leurs réticences ?


C'est vrai que l'on fait ce reproche aux ENT. Twitter est très ouvert, davantage que FaceBook même, puisqu'il n'est pas nécessaire d'être inscrit pour consulter les Twits des comptes publics. Et nombre de comptes le sont. L'ENT est fermé, c'est sa nature. Ça ne me gêne pas. Je le perçois comme un espace clos, un espace protégé où on se fait la main à l'usage d'un réseau social, avant de se lancer dans le grand bain.

Ouvert ou fermé ?La question pour moi c'est : est-ce qu'il existe des activités pédagogiques qui doivent se dérouler dans un espace fermé ? Et qui gagnent à l'être. Je crois que oui. Je pense par exemple aux productions d'élèves. Elles n'ont pas forcément vocation à être ouvertes à tous les vents.

L'ouverture aux parents aussi pose question. Mes élèves de Terminale trouvent que la possibilité donnée aux parents de surveiller leur travail de cette façon, c'est une régression. Finalement, l'ENT nous oblige à réfléchir aux droits et aux permissions.

C'est une question intéressante, non ? Est-ce que c'est bien que les parents puissent consulter le cahier de textes ? Surveiller les notes ? Pour les Terminales en tous cas, ça se discute et ça mérite réflexion...

Pour quelles raisons Twitter vous intéresse-t-il tant ?


Pour moi, Tweetter ce sont des occasions de rencontres. En particulier avec des gens que je ne croiserais jamais autrement. Et cela d'une façon très simple. C'est aussi un espace de collaboration : on demande de l'aide, il y a toujours quelqu'un pour répondre. Et puis j'apprécie de travailler la langue dans cette forme brève, inhabituelle.

Avec les élèves j'utilise Twitter comme un incubateur pour arriver à un produit final, une publication sur un blog par exemple. Twitter permet aussi d'aller chercher le lecteur. Si je signale un billet de mon blog par un Twit, je vois le nombre de lecteurs augmenter immédiatement. J'aide mes élèves à comprendre qu'il faut un vrai travail d'écriture pour atteindre son but, retenir l'attention. Il ne suffit pas de répercuter une information trouvée ailleurs pour être suivi, repris.

Guillemet

J'observe que les élèves sont très soucieux de l'orthographe et de la qualité de l'expression. La caractéristique de Twitter, c'est que vous avez immédiatement des réactions, vous savez que vous avez été lu.

Concrètement, vous rédigez des Twits en classe, pendant les cours ?


Oui, soit dans une salle de classe avec un TNI ou bien de temps en temps en salle informatique où les élèves se tournent le dos : ils sont donc amenés à utiliser Twitter pour communiquer. En classe, je mets un élève sur l'ordinateur et la rédaction est collective. Je ne les oblige pas à se créer un compte personnel, je crée seulement un compte de classe. J'interviens peu. Ce sont eux qui rédigent. J'observe qu'ils sont très soucieux de l'orthographe et de la qualité de l'expression. La caractéristique de Twitter, c'est que vous avez immédiatement des réactions, vous savez que vous avez été lu. Une de mes élèves me disait « Tweeter, ça me stresse ». Cela vient de là. On sait que l'on va être lu, on en a la perception beaucoup plus qu'avec un blog. Il faut se soucier de la forme, de la correction de la langue, de l'intérêt de ce que l'on écrit...

Il est frappant de constater que les Twitos sont des gens qui maitrisent l'orthographe, s'expriment généralement bien et ont même souvent de l'esprit.


Oui, c'est vrai. Mais du coup, Twitter  tire les élèves vers le haut. C'est une pratique exigeante. Je constate dans mes classes qu'ils l'ont bien compris, qu'ils jouent le jeu et travaillent leur écriture. Que  demander de plus ?

Delphine Regnard, professeure de lettres classiques - 2Revenons à Lilie. Et d'abord, vous en servez-vous ?


Oui, je m'en sers. Nous ne sommes pas très nombreux dans mon lycée, quelques professeurs, mais c'est un début. Nous l'avions déjà l'an dernier mais seulement à titre d'essai. Les comptes n'avaient pas été distribués aux parents ni aux élèves. Je n'étais pas vraiment convaincue. Je trouvais les blogs de Lilie moins bien que ceux de l'Académie de Versailles. Alors, à quoi bon ?

Cette année, je me suis efforcée de trouver des usages qui conviendraient justement à un espace fermé. J'ai créé un blog pour les Terminales. Je compte m'en servir pour traiter les questions de vie de classe et d'orientation.

Ce qui a bien marché tout de suite, c'est la messagerie et les documents partagés. J'ai fait récemment un diaporama. Je l'ai placé dans l'espace de travail de Lilie où les élèves ont pu le récupérer. La messagerie est vraiment pratique, on n'a pas besoin de demander les mails de chacun. Les élèves comprennent cela très vite aussi.

Pour consulter les messages de Lilie, vous faites un transfert vers une boîte extérieure, votre boîte académique par exemple ?


Non, je préfère aller les consulter dans l'ENT. Je décide d'aller sur Lilie pour mon travail de professeur. Les élèves savent que j'y suis à certaines heures et pas à d'autres. Ils ne s'attendent pas à ce que je réponde à leurs demandes à tout moment.

Vous vous servez aussi du cahier de textes ?


Oui. Je dois dire que j'ai eu un peu de mal au début. L'an passé, je ne le trouvais pas sympathique ce cahier de textes. Maintenant, j'ai enfin compris. Il faut être dans une autre représentation : la date, c'est annexe. Ce qui compte, c'est la progression. A présent, je le trouve vraiment intéressant, et les élèves aussi. Ce que j'aime beaucoup, c'est la possibilité d'ouvrir un espace de discussion dans une activité. Je l'ai montré à mes élèves mais c'est très récent. Ils n'y sont pas encore allés.

Ca m'intéresse de voir comment les choses vont évoluer. Au moment du Bac, je suis certaine que les usages de ces espaces de discussion vont se développer.

Guillemet

Ce n'est pas l'ENT qui va susciter des projets, c'est le contraire. C'est parce qu'on a un projet que l'on va utiliser l'ENT, c'est-à-dire pour des raisons pratiques.

Comment expliquez-vous que vos collègues ne soient pas plus nombreux à utiliser l'ENT ?


Il y a plusieurs raisons. Je ne crois pas trop que ce soit un problème de compétences. Les profs sont à l'aise avec l'informatique aujourd'hui. Non, ce qu'ils craignent le plus, à mon avis, c'est une traçabilité qui laisse imaginer une éventuelle surveillance. C'est une vraie inquiétude. Je ne la partage pas mais je pense qu'il faut la prendre au sérieux car c'est l'une des problématiques du web aujourd'hui.

Je pense aussi que l'intérêt de l'ENT apparaît en situation de projet. Ce n'est pas l'ENT qui va susciter des projets, c'est le contraire. C'est parce qu'on a un projet que l'on va utiliser l'ENT, c'est-à-dire pour des raisons pratiques. En ce moment par exemple, je suis engagé dans un projet de voyage. Forcément, nous allons utiliser la messagerie pour l'organiser. Au moment des Bacs blancs, ce sera la même chose, l'ENT nous sera utile.




A lire ailleurs

LEXIQUE TWITTER

Logo Twitter


Twit : message de moins de 140 caractères envoyé par Twitter (les Québecois préfèrent dire gazouillis)

Twiter/Tweeter : action d'envoyer un Twit

Twitos : celle, celui qui Twite (ex : Delphine est une Twitos)

Twitterworld : ensemble des Twitos

Followers - Abonnés : ensemble des Twitos qui reçoivent vos Twits (ex : le 20 octobre 2011, Delphine avait 1203 Followers)

ReTwit (RT) : faire suivre un Twit reçu à ses Followers

Hashtag (#) :  système de marquage d'un Twit permettant des regroupements par thèmes.




Delphine et ses twits


Delphine et son blog professionnel







Rechercher un article