Dans le train en marche

Dans le train en marche

Le lycée Emmanuel Mounier de Chatenay-Malabry fait partie de la toute première vague de déploiement de Lilie et entame sa deuxième année scolaire complète avec l'ENT. Un instantané de la situation avec Monique Thiollet, Proviseure, et le duo d'administrateurs de Lilie, Cécile Dupont et Philippe Humbert.

Cécile Dupont et Philippe Humbert, administrateurs de Lilie


Le lycée Emmanuel Mounier de Chatenay-Malabry fait partie de la première vague de déploiement de Lilie. Cécile Dupont et Philippe Humbert, respectivement professeur de SVT et professeur de sciences physiques,  se partagent l'administration de l'ENT depuis le printemps 2010.

L'an passé, de septembre à décembre, les administrateurs se sont organisés pour assurer des permanences en salle des professeurs, tous les jeudis de 11h à 13h afin d'apporter une aide individualisée à leurs collègues. La demande portait principalement sur le cahier de textes. « Cette année, cela n'est plus nécessaire ».
Cécile Dupont et Philippe Humbert restent cependant disponibles pour répondre aux questions de leurs collègues, que ce soit en salle des professeurs ou par mail (pour cela, ils ont créé une adresse commune sur Gmail : sos.mounier).

Lors de la mise en place de l'ENT, l'accent a été mis sur le cahier de textes. La première année, des cahiers de textes papier étaient encore mis à la disposition des enseignants. Cette année, ce n'est plus le cas. « Entre numérique et papier, il faut que ce soit tout ou rien ». L'obligation de tenir un cahier numérique a été une aubaine pour l'ENT : « sans cela, il n'est pas évident que les enseignants se seraient intéressés à Lilie ».

Depuis l'an dernier, le lycée utilise Viescolaire.net pour la saisie de notes. Le passage au module intégré de Lilie n'est pas envisagé pour l'instant par les administrateurs : « nous avons demandé aux collègues de se mettre à Viescolaire l'an passé, ce n'est pas pour leur demander de changer d'outil cette année. Et puis, nous préférons laisser le temps à Lilie de faire ses preuves. »


En attendant le 100 % numérique


Monique Thiollet, proviseure

L'équipe de direction a généralisé l'usage de Lilie pour communiquer avec les enseignants. Elle utilise principalement la messagerie, la publication d'actualités et un espace de partage de documents qui permet de mettre les textes de référence (règlement intérieur, projet d'établissement, circulaires, etc.) à la disposition de l'ensemble de la communauté éducative.

La Proviseure, Monique Thiollet, attend avec impatience que l'outil soit parfaitement fonctionnel avant de renoncer entièrement au papier. A terme, elle souhaite que la saisie des absences se fasse en direct depuis les salles de classe. Pour cela, il faudrait que toutes les salles soient équipées d'au moins un ordinateur connecté à Internet ce qui n'est pas encore le cas. Aujourd'hui, environ un tiers des enseignants saisissent les absences en direct.


Du goût pour la communication


En tant que professeur, Cécile Dupont est une utilisatrice intensive de Lilie :

« Je joue le jeu et j'essaie de l'utiliser le plus possible : prises de rendez-vous, concertation avec mes collègues sur la situation d'un élève, mise à disposition de document, etc. »


Désormais, elle communique exclusivement à travers la messagerie de Lilie, que ce soit avec ses élèves, ses collègues ou les autres personnels du lycée.  D'ailleurs, les élèves y ont gagné :

« Avant, je ne donnais mon mail qu'aux élèves de terminale ; maintenant, grâce à la messagerie interne l'ensemble de mes élèves ont la possibilité de me contacter. »


Cécile Dupont, professeur de SVT et administratrice

En revanche, la lenteur et l'ergonomie générale de navigation l'ont dissuadée de renseigner quotidiennement le cahier de textes :

« Je l'ai fait jusqu'au 30 septembre. Depuis, je groupe pour gagner du temps. Il y a trop de champs à renseigner, d'enregistrements successifs. J'alimente le cahier de textes a minima en indiquant le titre du chapitre traité, une brève phrase descriptive et je joins les documents utiles. J'y tiens, notamment pour que les élèves absents puissent travailler. Par ailleurs, tenir un cahier de textes numérique est désormais obligatoire. En tant que fonctionnaire, j'y suis légalement contrainte. »


Cécile Dupont est également en charge du site Internet du lycée sur lequel elle publie « tout ce qui est valorisant pour l'image du lycée : exposition des élèves de la filière arts plastiques, photos du cross des élèves du CREPS, de voyages de classe. C'est avant tout une vitrine pour les parents de collégiens et pour les élèves eux-mêmes ».

De manière générale, Cécile Dupont recherche la convivialité. Elle utilise l'ENT et la publication en-ligne dans ce sens :

« L'ENT a permis de faire évoluer les relations avec mes élèves, il a introduit davantage de convivialité. La relation est plus continue, elle ne s'arrête pas aux portes du lycée. J'apprécie beaucoup cela mais c'est une question de goût personnel, j'aime communiquer, échanger. Certains collègues tiennent à cloisonner vie professionnelle et vie personnelle car il est vrai que Lilie peut être envahissante. Je trouve cependant que l'ENT renforce le sentiment d'appartenance à la communauté du lycée et puis il permet d'individualiser davantage la relation avec les élèves. La communication est plus directe, moins formelle. Par ailleurs, en tant que professeur principal, je gagne du temps dans mes échanges avec les parents. Avant, il fallait que j'aille voir les CPE ou que je mette un mot dans le carnet de liaison. Incontestablement, nous avons gagné en réactivité. Il y aussi les actualités, les blogs qui peuvent les intéresser. C'est un outil supplémentaire au service des parents qui veulent suivre la scolarité de leur enfant. S'ils veulent suivre, ils le peuvent plus facilement qu'avant ! D'ailleurs, en tant que mère d'élève, l'ENT du collège de mon fils me fait gagner du temps, j'apprécie. »

Elèves du lycée Emmanuel Mounier, Chatenay-Malabry



A lire ailleurs
CREPS d'Ile-de-France


Le lycée accueille des élèves du Centre régional d'éducation populaire et de sport (CREPS) d'Île-de-France pour lesquels des aménagements d'emploi du temps sont nécessaires (compétitions, entraînements, etc.).

Pour faciliter la concertation entre les équipes du lycée et celles du CREPS, Lilie est mise à contribution : cahiers de textes et agendas mis en partage,  messagerie.

La personne relai entre le CREPS et le lycée anime un blog sur Lilie sur lequel elle diffuse notamment les résultats des compétitions sportives auxquelles nos élèves participent.


Rechercher un article