Cap sur Lilie

Cap sur Lilie

En septembre dernier, le lycée Le Corbusier de Poissy faisait sa deuxième rentrée avec Lilie. Il nous ouvre aujourd'hui ses portes pour dresser un bilan. Le cap est maintenu.

Entrée du lycée Le Corbusier de Poissy

Priorité : messagerie

Dès le départ, une politique incitative a été mise en place en direction des professeurs : « En début d'année, tous nos collègues bénéficient d'une formation de trois heures à Lilie. Nous les réunissons par discipline. Cette année, nous avons mis l'accent sur le paramétrage de la messagerie afin que tous les professeurs fassent suivre les messages reçus sur l'ENT vers une adresse personnelle qu'ils consultent régulièrement » explique Martin Gibon, professeur documentaliste et administrateur Lilie.

Ce n'est évidemment pas un hasard si la priorité a été donnée à la messagerie. Ce choix répond à un besoin de la direction de l'établissement qui a décidé d'utiliser massivement Lilie pour communiquer avec les professeurs. « Cette année, nous avons voulu mettre l'accent sur le partage d'information entre les personnels de l'établissement donc je m'efforce à montrer l'exemple. J'utilise dès que possible la messagerie, les actualités et les espaces de travail partagés. Cette année, j'ai abandonné les listes de diffusion d'Outlook et je transmets donc tous mes mails aux professeurs à travers Lilie.  En termes de management, il faut avoir à l'esprit que les établissements d'enseignement sont dans une situation assez particulière puisque l'équipe de direction n'a l'ensemble des professeurs face à elle qu'une seule fois dans l'année, à la pré-rentrée. De ce fait, pour les chefs d'établissement, la communication à distance est primordiale. » indique Eric Alliès de Gavini, proviseur.

Eric Alliès de Gavini, proviseur

Pour lui, l'intérêt de Lilie est évident. Mais pour que les usages se généralisent, une politique volontariste de déploiement est nécessaire : « Lilie est un outil en évolution et il n'est pas toujours facile à accepter pour les professeurs qui subissent au quotidien les imperfections de la solution. En matière de pilotage, il  est donc indispensable de maintenir le cap afin d'éviter que des outils similaires soient utilisés en parallèle. Nous sommes dans une phase transitoire. Pour que la confiance ne soit pas rompue, il est déterminant que Lilie évolue dans le bon sens. Et de mon point de vue, il y a eu de nettes améliorations de la solution, en particulier de la messagerie.»

Initier les élèves

Le lycée a également choisi de miser sur la formation des élèves. Les professeurs documentalistes reçoivent tous les élèves de seconde, en demi-groupe, pendant une heure pour les accompagner dans leur première connexion et leur faire découvrir les principaux services de Lilie.

Martin Gibon et Mary Backhouse, documentalistes

En tant que documentalistes, ils insistent évidemment sur les ressources documentaires accessibles à travers Lilie : le logiciel BCDI pour la consultation du fonds du CDI mais aussi les ressources numériques auxquelles le lycée est abonné.

Dans l'ensemble, les élèves s'approprient facilement Lilie. Concernant leurs usages, les documentalistes soulignent leur appétit pour la consultation des notes. « Ils se connectent presque tous les jours pour voir leurs notes ! ».

Nadège Sommier, secrétaireAccompagner les parents

La première connexion à Lilie pose encore des problèmes à bon nombre de parents.

Pour répondre à leurs questions, ils peuvent compter sur Nadège Sommier, agent du secrétariat des élèves et administratrice Lilie.

Une fois la première connexion effectuée, la plupart des parents sont autonomes dans leurs usages de Lilie.



Éloge de l'entre-soi

Pour le proviseur, Lilie offre l'avantage d'être un « espace fermé » : « sur Lilie, chacun sait à qui il s'adresse. Par rapport à un site ouvert au grand public, je trouve que cela permet une plus grande liberté de paroles, la communication peut être plus détendue, moins formelle. On gagne en complicité, surtout avec les élèves. »

Les enseignants trouvent eux aussi des avantages à cet entre soi : « publier dans l'ENT simplifie beaucoup les choses concernant les droits d'auteur car nous bénéficions d'un accord passé entre l'Éducation nationale et les sociétés de gestion des droits d'auteur. Grâce à cet accord, nous bénéficions sur l'ENT des mêmes possibilités d'usage pédagogique que dans les classes. On a pu en faire l'expérience avec les blogs. »

Le cahier de textes en débat

Les avis sur le cahier de textes de Lilie sont contrastés. Pour Martin Gibon, « il faut attendre la deuxième année d'utilisation pour que les professeurs perçoivent vraiment  l'intérêt du cahier de textes en ligne. C'est à ce moment là qu'ils réalisent qu'ils ont la possibilité de récupérer le travail effectué l'année précédente. A partir de là, le cahier de textes numérique leur fait gagner du temps ». Les professeurs estiment que la première année exige un « investissement  lourd » de leur part.

Par ailleurs, la diffusion du cahier de textes se heurte à des problèmes de lenteur nous expliquent Anne Fillon, professeur de latin et de grec, et François Lermigeaux, professeur de lettres et administrateur Lilie. Pour Anne Fillon, les lenteurs, cumulées avec « un manque d'ergonomie », se sont avérées dissuasives : « j'ai fini par mettre un lien vers mon site ».  A l'opposé, François Lermigeaux se déclare « fan du cahier de textes de Lilie ! Du point de vue de l'organisation des contenus, c'est une réussite : il permet de mettre en avant la logique du cours plutôt que la chronologie des séances. Les dates sont importantes pour les devoirs mais beaucoup moins pour la progression pédagogique. L'ergonomie pourrait en revanche être améliorée. »

Et la suite ?

François Lermigeaux, professeur de lettres et administrateur ENTEn tant qu'administrateur ENT, François Lermigeaux est optimiste pour la suite. Le déploiement prend du temps mais les conditions pour qu'il réussisse sont désormais réunies : « pour moi, au niveau de l'établissement, il y a 3 facteurs clés : un annuaire parfaitement conforme à l'organisation des enseignements (ce que nous avons réussi à obtenir cette année), la formation des collègues, un chef d'établissement moteur. Et si en plus, la solution continuait à évoluer dans le bon sens, ce serait idéal. »

Par ailleurs, disposer d'administrateurs qui exercent des fonctions différentes est un atout pour le projet. « Martin [Gibon] et Nadège [Sommier], respectivement documentaliste et secrétaire, sont la plupart du temps présents dans l'enceinte du lycée et dans des lieux bien identifiés par les utilisateurs, c'est précieux. En bref, Nadège répond aux parents qui téléphonent, Martin aux collègues et aux élèves qui viennent le voir au CDI et moi, je réponds aux mails des différents utilisateurs » nous explique François Lermigeaux.

La mise en place d'un ENT demande un investissement important aux professeurs et de manière plus générale, aux personnels de l'établissement mais pour François Lermigeaux,  l'effort en vaut la peine : « L'ENT est par définition un outil au service des échanges entre les membres de la communauté éducative et je suis persuadé que communiquer davantage ne peut faire que du bien ».  



A lire ailleurs

LYCEE LE CORBUSIER DE POISSY

Le lycée Le Corbusier est un lycée d'enseignement général et technologique.

Il fait partie d'une cité scolaire qui accueille environ 1500 élèves dont 500 collégiens et 1000 lycéens.

Lycée Le Corbusier de Poissy
Pour en savoir plus : site du lycée




Rechercher un article