Bascan connecté !

Bascan connecté !

Dix ans après ses premiers pas sur l’ENT régional, le lycée Louis Bascan confirme plus que jamais son ancrage numérique. Direction Rambouillet, à la rencontre d’un établissement connecté.

Retour à Rambouillet

Les fidèles qui nous lisent se souviendront peut-être d’une échappée à Rambouillet que nous leur avions proposée en 2009… Dix ans après, nous retournons au lycée Louis Bascan.

Dès lors que nous franchissons le portail du lycée, niché en face de l’agréable parc du château de Rambouillet, nous mesurons l’ampleur de l’établissement : vastes espaces verts, succession de bâtiments, enchevêtrements d’allées arborées. Il semblerait qu’on voit tout en grand au lycée Bascan : 2 500 élèves, 200 enseignants, 17 hectares… Les ambitions en matière de numérique portées par le proviseur Dominique Pinchera n’échappent pas à la règle : elles aussi sont grandes, et réalistes ! 

Lycée L. Bascan

Le numérique, un lieu de rassemblement

Dans ses précédentes fonctions au lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie, Dominique Pinchera a pu mesurer la puissance du numérique dans un établissement scolaire. « On peut changer l’image d’un établissement grâce à une politique numérique très active. A St-Exupéry, cela a vraiment contribué à améliorer l’image du lycée et à le rendre plus attractif » 

Fort de cette expérience, Dominique Pinchera a emporté avec lui cette « patte numérique » au lycée Bascan. Celle-ci a des traductions très concrètes.

Dominique Pinchera, proviseur

La communication d’abord. « Dans un lycée, il peut se faire des choses passionnantes mais si on n’en parle pas alors c’est comme si elles n’existaient pas… Notre lycée s’étend sur 17 hectares, c’est si grand que les gens peuvent ne jamais se croiser ! Géographiquement, nous recrutons sur des secteurs très larges et éloignés les uns des autres. De Rambouillet à la ville nouvelle en passant par la périphérie rurale et forestière, nous brassons des populations entre lesquelles l’interpénétration est difficile. Le numérique est un lieu de rassemblement pour la communauté éducative » explique M. Pinchera.

Le lycée s’offre d’ailleurs plusieurs vitrines : son site institutionnel développé sous WordPress et qui a récemment fait peau neuve, une page institutionnelle sur Facebook et Twitter. M. Pinchera y relaie personnellement les activités et manifestations qui animent la vie du lycée. Et enfin, en interne, monlycée.net fédère tous les membres de la communauté éducative.

Même WhatsApp a sa place dans le paysage. « Nous avons actuellement deux classes de lycéens en voyage linguistique à Zafra en Espagne, précise Laurence Martin-Thimoléon proviseure adjointe, les parents sont très heureux de suivre le séjour de leurs enfants grâce à une conversation WhatsApp créée par les enseignants »

D. Pinchera et Laurence Martin-Thimoléon, proviseure adjointe

Vers le « zéro papier »

Autre incarnation de la patte numérique du lycée : l’administration dématérialisée. Dans un lycée si grand, l’administration a vite fait d’être submergée par des demandes éparses : dix sorties par semaine, près d’une vingtaine de séjours d’études à l’année, demandes quotidiennes de petits travaux, maintenance d’un parc informatique de 1 000 PC, etc. Dominique Pinchera a souhaité « en finir avec les kilos parapheurs papiers »

Désormais, tous les formulaires pour accéder à ces nombreuses demandes sont centralisés sur un portail auquel on accède via monlycée.net.  « Cela s’inscrit dans la logique du guichet unique ». Faciliter la vie de la personne à l’origine de la demande et de celle qui doit la traiter, tel est l’objectif recherché !

Accompagner les usages pédagogiques du numérique sur monlycée.net

Depuis l’an dernier, le lycée bénéficie du haut débit et cette année, la Région Ile-de-France ira encore plus loin en installant des bornes wifi.

Pour accompagner plus en avant les usages pédagogiques du numérique au lycée Bascan, Dominique Pinchera a également imaginé un projet d’équipement individuel des enseignants. « A travers le plan prévisionnel d’équipement des lycées, nous avons sollicité le soutien de la Région pour équiper chaque enseignant d’un PC portable. L’idée est de fournir aux enseignants un véritable outil de travail avec un pack de base que chacun aura loisir d’enrichir en fonction de sa discipline et de ses usages pédagogiques du numérique »

Qu’en pensent les principaux intéressés ? Marie Debuisser, professeure de mathématiques, se dit « impatiente à l’idée d’avoir [son] PC portable professionnel » avant d’ajouter « aujourd’hui, je ne peux pas projeter depuis mon PC personnel car il n’est pas accepté par le réseau… Passer par l'ordinateur fixe de la classe prend forcément plus de temps »

Marie Debuisser, professeure de mathématiques

Or Marie Debuisser utilise quotidiennement le numérique, et plus précisément monlycée.net, avec ses élèves. Elle pratique la classe inversée en déposant tous ses cours sur le wiki de l’ENT. « J’ai possibilité d’y insérer des liens vers des vidéos, des articles, etc. Les élèves s’approprient le contenu et me contactent dès qu’ils en éprouvent le besoin grâce à la messagerie de l’ENT » précise l’enseignante.

Depuis quelques semaines, Marie essaye également d’investir les « communautés » de l’ENT. « A Bascan, les profs de maths se retrouvent en salle F301. J’ai créé une communauté du même nom sur monlycée.net. C’est notre rassemblement virtuel où nous pouvons déposer des documents, partager des cours, des fiches d’exercices. J’y ai créé un forum au sein duquel nous échangeons de plus en plus entre collègues »

Pour l’heure, retour au wiki. Il est temps pour les élèves de Première S de Marie de développer la suite projetée au tableau depuis monlycée.net. Est-elle arithmétique ou géométrique ? Les termes du problème sont posés. A eux de plancher et pour cela, Marie n’a aucun doute : « rien de mieux qu’un crayon et un papier, même dans un lycée connecté ! »

Cours de maths